Affaire des 39 ex-travailleurs de la mairie de Kaolack : La municipalité se dit prête à appliquer la décision de justice mais fustige en même temps l'attitude de ses interlocuteurs


Affaire des 39 ex-travailleurs de la mairie de Kaolack : La municipalité se dit prête à appliquer la décision de justice mais fustige en même temps l'attitude de ses interlocuteurs
Lors d'un face-à-face avec la presse locale, la cellule de communication de la mairie de Kaolack a réagi à la diète des 39 ex-travailleurs de ladite municipalité. Se prononçant sur la dernière réunion ayant abouti au mouvement d'humeur de ces derniers, le premier adjoint au maire, le Docteur Thierno Dièye, déclare : " Au cours de cette séance, c'est le préfet en personne qui a fait l'appel nominatif, avant de demander à chacun, son poste d'affectation initial et le diplôme équivalent. Le but n'était autre que de procéder à leur réintégration,  mais suivant la législation du travail qui exige que toute personne prétendant à un poste de travail, doit nécessairement présenter le diplôme équivalent. Nous nous sommes quitté dans ces conditions et avec l'engagement ferme du maire de résoudre ce problème, mais en respectant la légalité. Cependant, notre surprise a été grande de voir nos interlocuteurs recommencer le chantage qu'ils ont toujours exercé sur l'institution".

Ainsi, il poursuit avec le même ton tout en faisant dans la dénonciation. " Mais comment en sommes-nous arrivés là? Tout a commencé avec le maire Ibrahima Bèye. Pendant tout son magistère, Monsieur Bèye n'a eu aucun contentieux. Curieusement, tous ceux qui l'ont succédé, ont eu des contentieux similaires. De Daouda Faye à Mariama Sarr, en passant par Khalifa Niass et Madieyna Diouf, tous ces maires ont eu des contentieux. Tout porte à croire, en conséquence, que des gens mus par d'autres intérêts se cachent derrière ces jeunes".

Toutefois, l'édile local se veut rassurant sur l'avenir des grévistes. " En la matière, la position du conseil municipal reste constante. Elle est toujours dans les mêmes dispositions et dans la même dynamique que celles du lundi 26 mars 2018, à savoir créer un climat apaisé au sein de l'institution..."
Samedi 31 Mars 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018