Affaire des 18 000 tonnes de riz birman déchargé au port d'Abidjan : La procédure de destruction de la cargaison est enclenchée


Affaire des 18 000 tonnes de riz birman déchargé au port d'Abidjan : La procédure de destruction de la cargaison est enclenchée
Suite et fin de l'affaire de la cargaison de 18 000 tonnes de riz déchargée au port d'Abidjan par le navire Ocean Princess. Selon les dernières informations dont Dakaractu a possession, ce riz sera détruit. Les analyses faites se sont révélées positives et des anomalies ont été décelées dans cette céréale en provenance de Yangon, en Birmanie.
En visite, le 19 mars dernier, au port d'Abidjan où la cargaison était stockée en attendant les analyses, Kaladji Fadiga, Directeur du Commerce extérieur ivoirien, avait annoncé les couleurs en affirmant que le riz en question serait détruit au frais de l'opérateur si les résultats révèlent des anomalies. 
Selon le communiqué du Ministère du commerce, tel sera le cas puisque “Les résultats des analyses des échantillons de ce riz effectuées par un laboratoire accrédité et agréé dans le cadre du programme de Vérification de conformité des marchandises à destination de la Côte d’Ivoire (VOC), sont non-conformes à la norme ivoirienne”. La procédure est à cet effet enclenchée. 
C'est donc dire que ce riz dont certains craignaient qu'il termine sa course au Sénégal ne risque pas quitter le pays de la Lagune Ebrié.
Rappelons qu'en provenance d'Asie, le navire Ocean Princess avait à son bord 22 000 tonnes de riz birman et 14 000 tonnes de riz indien. En Guinée Conakry, le riz indien ainsi qu'une partie du riz birman ont été déchargés. Le reste a été reconduit sous prétexte qu'il est impropre à la consommation. C'est ainsi que les 18 000 tonnes de riz birman ont pris la direction du port de Lomé sauf que les autorités togolaises n'ont pas voulu de cette cargaison qui a trouvé preneur en Côte d'Ivoire... 
Lundi 1 Avril 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :