Affaire Pétro-Tim : « l’opposition a le droit de s’opposer (…) mais sur des questions qui engagent l’avenir de la Nation, il est important qu’on ait des consensus » Aminata Touré


Affaire Pétro-Tim : « l’opposition a le droit de s’opposer (…) mais sur des questions qui engagent l’avenir de la Nation, il est important qu’on ait des consensus » Aminata Touré
Ancien Garde des Sceaux, ministre de la Justice Aminata Touré a été à l’avant-garde de de la traque des biens mal acquis. Dans un entretien avec « le Soleil », elle revient sur l’affaire Pétro-Tim. Elle a salué les mesures prises par le Gouvernement dans le cadre de la transparence des ressources naturelles et appelé les uns et les autres à trouver un consensus autour des questions essentielles.  « L’Etat a respecté toute la procédure requise en rappelant que PétroTim était là avant le président Macky Sall. Le contrat a été donné quand personne ne savait qu’il y aurait une goutte de pétrole. Par la suite, il y a eu les découvertes et l’Etat a mis en place toutes les procédures qu’il fallait. Le plus important, ce sont les décisions que prennent l’Etat. Le Sénégal est admis à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (Itie). Il est bien coté, bien apprécié. Notre pays fait des progrès. Le Sénégal a mis en place le Cospétrogaz pour la gestion du pétrole et du gaz. De plus, le président a décidé d’y inclure la société civile et l’opposition. Il y a une volonté de gérer, de manière transparente, nos ressources naturelles. La vision du chef de l’Etat, c’est d’éviter le scénario de ce qui se passe dans d’autres pays où il y a de la suspicion remettant en cause la stabilité. Il a pensé à un fonds intergénérationnel pour les enfants qui viendront dans 10, 20 30 ans. C’est une belle vision, et il faut le dire à nos compatriotes » a-t-elle dit. Pour la Présidente du CESE, nous avons besoin d’instituer de l’optimiste dans la vie de nos concitoyens. « Ce n’est pas simplement valable pour l’Etat mais l’ensemble du secteur. Certes, l’opposition a le droit de s’opposer, c’est cela son rôle. Mais, sur des questions qui engagent l’avenir de la Nation, il est important qu’on ait des consensus. Sur cette affaire, il y a une approche politicienne. De ce point de vue, l’Etat a fait ce qu’il pouvait faire. Le président de la République a pris des initiatives très claires. Il faut davantage les vulgariser et dire aux Sénégalais d’être très sereins en attendant les premières productions de pétrole et de gaz, avoir un débat très serein pour que nous puissions gérer ensemble, de manière transparente, les ressources » dira-t-elle. De ce point de vue a-t-elle conclu, le premier instrument pour y parvenir, c’est le dialogue
Mardi 3 Septembre 2019
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :