Affaire Massata Diack : Le CIO sollicite la coopération du Sénégal


Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, a indiqué hier avoir reçu l’assurance du Sénégal que si la justice française « veut entendre » Papa Massata Diack, accusé de corruption, il « se tiendra à la disposition des autorités françaises ». Fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), Lamine Diack, il est suspecté d’être un maillon clé d’un pacte de corruption, qui vaut à son père d’être mis plusieurs fois en examen en France.
« Je suis en contact avec Sebastian Coe (actuel président de l’IAAF, ndlr). Nous avons demandé au Sénégal il y a déjà longtemps d’apporter son aide dans l’enquête », a déclaré M. Bach lors d’une conférence de presse à l’issue de la 133e session du CIO. Selon nos radars sensibles, Sébastien Coe a fortement soutenu cette requête lors d’une audience avec Macky Sall en présence de Mamadou Diagna Ndiaye.
Lors de cette session, le Sénégal a obtenu l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2022, en présence du président Macky Sall. « Nous avons reçu des assurances du Sénégal il y a plusieurs mois que si les autorités françaises veulent entendre Papa Massata Diack, elles peuvent venir au Sénégal et alors il sera à la disposition des autorités françaises », a ajouté M. Bach. Depuis la mi-septembre, Lamine Diack, ex-patron de l’athlétisme mondial et ex-membre du CIO, déjà mis en examen dans l’enquête en France sur un système de corruption pour couvrir des cas de dopage en Russie, est également soupçonné d’avoir fait profiter à PMD de la manne des droits TV et des sponsors.
Interdit de quitter la France, Lamine Diack est ainsi menacé par un nouveau front judiciaire, grâce à la coopération de l’IAAF, présidée par le Britannique Sebastian Coe, qui a livré à la justice ses contrats de sponsoring signés de 2008 à 2015. Le consultant Papa Massata Diack y jouait les premiers rôles. Le père et le fils sont aussi dans le viseur d’une autre enquête en France et au Brésil sur des soupçons de corruption en marge de l’attribution des Jeux Olympiques 2016 à Rio. La justice française enquête également sur la candidature des JO à Tokyo pour 2020.
Jeudi 11 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :