Affaire Madiambal Diagne/Téliko : Toutes les exeptions de nullité soulevées par la défense du journaliste balayées d'un revers de main par le juge Ndary Diop.


Affaire Madiambal Diagne/Téliko : Toutes les exeptions de nullité soulevées par la défense du journaliste balayées d'un revers de main par le juge Ndary Diop.
L'affaire opposant le patron du groupe Avenir communication et le président de l'Union des Magistrats du Sénégal (UMS), a été appelée ce jeudi 03 juin 2021 à la barre du tribunal Correctionnel de Dakar. Les avocats du directeur de publication du journal "Le Quotidien", dont Mes Abou Dialy Kane et Baboucar Cissé ont soulevé une exception de nullité de la procédure. Selon les robes noires, la citation directe dont fait l'objet leur client, n'a pas visé les dispositions du code de procédure pénale, à savoir les articles 618 du CPP et suivants qui visent l'infraction de diffamation. 

"Le Sieur Madiambal Diagne a fait l'objet d'une citation directe pour une infraction de diffamation, et dans cette citation, les dispositions du code de procédure pénale n'ont pas été visées dans cette citation. Nous sommes en face d'une infraction particulière. Par conséquent, la poursuite est nulle", explique Me Abou Dialy Kane qui précise que la citation ne vise pas les textes applicables à la poursuite. 

La deuxième exception de nullité, révèle la robe noire, le support médiatique est absent de la poursuite et on poursuit Mandiambal Diagne en personne et non le directeur de publication du journal. "Il s'agit d'une infraction particulière et la juridiction ne peut pas procéder à une requalification. La diffamation est une publicité dans un support et la publicité passe par le support médiatique. Madiambal Diagne ne peut être suivi qu'en qualité de complicité", a fait savoir l'avocat. 

Prenant la parole, Me Baboucar Cissé a souligné que la citation est nulle. "Le 23 avril 2021, le prévenu a appris à travers la presse que Souleymane Téliko lui avait infligé une citation directe. Selon l'avocat, la citation directe dont fait l'objet notre client est manifestement nul. "Article 618 et suivants du code de procédure pénale visant l'infraction de diffamation. Les dispositions de la loi sont assez claires et les auteurs d'une publicité diffamatoire sont poursuivis comme complices. Ce qui veut dire, explique Me Cissé, que la procédure est nulle et de nullité absolue. 

Quant à Me Bocar Arfang Ndao, l'un des conseils du magistrat Souleymane Téliko, il a souligné que l'avocat de Madiambal Diagne a confirmé ici que son client est informé de l'existence de la poursuite. "Madiambal, lui-même, est présent. Aucun journaliste, directeur de radio, n'a participé à la responsabilité des propos tenus. La victime est ici présente. Ce n'est pas une publication dans le sens classique. Il doit lui être imputé la responsabilité des propos tenus", a fait savoir Me Ndao.

Finalement, le juge Ndary Diop a décidé de rejeter toutes les exceptions soulevées par la défense en décidant de joindre les exceptions au fond. 
Jeudi 3 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :