Affaire Hissène Habré : Comment Marcel Mendy a déjoué l’interdiction de vente de son livre


Affaire Hissène Habré : Comment Marcel Mendy a déjoué l’interdiction de vente de son livre
L’ouvrage du journaliste Marcel Mendy, ayant fait l’objet d’une interdiction de vente au Sénégal, il y a moins de 72 heures, fera bel et bien l’objet d’un lancement ce samedi 1er décembre, comme prévu initialement. L’auteur qui a été joint au téléphone par Dakaractu, a annoncé qu’il s’apprêtait à aller à la cérémonie de lancement de son livre à Saint-Louis, ancienne capitale du Sénégal où il s’était rendu. Il a, cependant, précisé qu’il a procédé au changement de la couverture de son ouvrage. Ouvrage intitulé ‘’Affaire Hissène Habré : Entre ombres, silences et non-dits’’.
 
‘’Nous avons changé finalement la couverture du livre et cela nous permet d’être en règle. Et cela va nous permettre aussi de pouvoir continuer la distribution et la vente du livre. Cela est déjà fait. On a été très réactif. On a pris nos dispositions dès qu’on a reçu la décision du juge des référés de bloquer la distribution du livre’’, a indiqué l’ancien coordinateur de la cellule de communication des Chambres Africaines extraordinaires (Cae).
 
 
D’ailleurs, il dit être présentement à Saint-Louis pour le lancement de son ouvrage. ‘’Je suis à Saint Louis actuellement pour le Salon du livre. Et concernant la décision du juge, c’est quand j’en ai été informé que, tout de suite, j’ai donné instruction à mon infographe de retirer de la couverture la photo de M. Habré. C’était cela la raison évoquée pour interdire la vente. C’est au niveau de mon imprimerie que j’ai retiré la couverture dénoncée, heureusement que je n’avais pas commencé la distribution’’.
 
L’auteur qui ne s’est pas précipité pour réagir après la décision du juge, a tout de même annoncé sa volonté de faire appel de cette interdiction dont son ouvrage  fait l’objet.  ‘’Nous avons décidé de faire appel de cette décision. Nous estimons qu’aujourd’hui, dans notre pays, on doit dépasser ces censures. La liberté d’expression a valeur cardinale ici au Sénégal’’. 
Une action que son conseil va initier dans les jours à venir. Étant entendu que la loi leur donne un délai de 15 jours pour faire une telle requête. Une requête pour contester la décision du juge des référés qui avait donné suite à la demande des avocats de Hissène Habré, ancien président Tchadien, au motif d'une violation du droit à l'image de leur client. Ces mêmes avocats réclament 50 millions de nos francs pour chaque exemplaire diffusé, distribué ou vendu.
Samedi 1 Décembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :