Adversité : Khalifa Sall et ses conseils face au redoutable agent judiciaire Antoine Diome


À la reprise de son procès, Khalifa Sall va faire face au juge Maguette Diop, mais aussi à Antoine Félix Diome, sous ses habits d'Agent judiciaire de l'État. Les nerfs du Maire de Dakar et de ceux de ses conseils risquent d'être mis à rude épreuve, dans l'affaire de la caisse d'avance, dès lors que le redoutable ancien procureur spécial près de la Crei s'est constitué partie civile, défendant ainsi les intérêts de l'État du Sénégal.
L'édile de la Ville va voir sa version des faits être mis à mal lors des différentes prises de parole du magistrat Diome, très pertinent. Mais bien avant cela, l'Aje va devoir contester la constitution de Me El Hadji Diouf, jugée "irrecevable". 
Puis, au moment des interrogatoires, le Maire socialiste devrait être, par moment, laissé entre les mains de Antoine Diome. L'édile de la ville et ses conseils peuvent s'attendre à être malmené car l'ancien procureur de la Crei défend la thèse du détournement et veut recouvrir les biens publics. 
Dans l’affaire présumée de malversations à la mairie de Dakar, le Maire a soutenu, en instruction, que les 30 millions de FCFA qui lui étaient remis chaque mois étaient des "fonds politiques logés dans la Caisse d’avance". Concernant les factures et commandes fictives mises en cause, le responsable socialiste avait déclaré qu’il n’était pas gérant de cette Caisse qui était sous la coupe de Mbaye Touré, son Daf. Pour se laver, Khalifa Sall avait ajouté en direction du Doyen des juges, avoir obtenu le quitus de la Cour des comptes qui aurait validé les comptes de la mairie. À l'appui de sa thèse, les témoignages de Mbaye Touré, le Directeur administratif et financier de la ville de Dakar, qui l'a déchargé. 
Khalifa Sall devrait donc être interrogé sur certains points de sa version qui posent problème. Le long récit du socialiste, devant  le Doyen des juges d'instruction sera ainsi passé au crible par Antoine Diome, dans ses prises de parole. L'ex procureur de la Crei ne va pas ménager le Maire. Il fouillera certainement dans les contradictions du socialiste, lui faisant admettre, peut être, des manquements dans sa gestion de la caisse d'avance.
Jeudi 14 Décembre 2017



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :