Actes de terrorisme par menace et apologie du terrorisme : Saër Kébé devant la Cour d'appel de la chambre criminelle lundi.


Le 10 avril 2019, Saër Kébé esperait un acquitement des faits d'actes de terrorisme par menace et d'apologie du terrorisme. Finalement, il a été condamné à 3 mois avec sursis pour menace par la chambre criminelle siégeant en formation spéciale au tribunal de grande instance hors classe de Dakar. Non satisfait, le parquet qui avait requis 5 ans de travaux forcés avait interjeté appel.

Selon les informations de Dakaractu, le dossier passera à nouveau devant la Cour d'appel de la chambre criminelle le lundi 29 mars.

Ce rebondissement n'était sans doute pas attendu par Saër Kébé qui, après sa libération, avait repris sa vie en main. Arrêté alors qu'il faisait la Terminale au lycée Demba Diop de Mbour, il n'a fait le Baccalauréat qu'à sa sortie de prison et a obtenu le sésame avec mention assez bien la même année.

Bénéficiaire d'une bourse à l'Institut africain de management, il est actuellement en deuxième année d'administration des Affaires.

Les déboires judiciaires du jeune mbourois ont commencé le 25 avril 2015 pour des menaces proférées sur les pages internet de l'ambassade des États-Unis et de l'armée israélienne. Ceci, au motif que ces deux pays opprimaient le peuple palestinien.
Saër Kébé a fait au moins trois prisons durant ses quatre années de détention préventive.

Déjà envoyé à la maison d'arrêt de Rebeuss où il a fait 13 mois, il est ensuite transféré à Mbour pour un mois. Au Cap Manuel, il était avec les detenus poursuivis pour terrorisme présumé.
Jeudi 25 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :