Accusé de faire la part belle aux investisseurs étrangers et d'emprisonner ses adversaires politiques, Macky Sall sort de ses gonds : “Le Sénégal n'est pas là pour recevoir des leçons (...) Je suis un démocrate”

À Berlin pour les besoins d'une conférence sur l'investissement, le président de la République a accordé un entretien à la Deutsche Welle du nom du service public de diffusion de l'Allemagne. Dans cette entrevue avec le média allemand, Macky Sall s'est défendu de brader des secteurs stratégiques à l'étranger. Il a aussi catégoriquement réfuté avoir écarté des candidats à la présidentielle.


Le reproche souvent fait à Macky Sall, c'est de faire la part belle aux investisseurs étrangers au détriment du secteur privé national. Mais le président ne partage pas cette vision. Dans sa réponse au site de la DW avec lequel il a eu une discussion sur différents thèmes dont celui de la gestion de l'eau par une entreprise étrangère, Macky Sall qualifie ces accusations de ridicules. “Parce que non seulement depuis 1996, on a fait la réforme du secteur de l'eau et nous avions déjà, je n'étais pas encore Président, mais le gouvernement d'alors avait absolument fait un appel d'offres international. C'est une société privée internationale qui avait gagné mais depuis lors, malgré la participation de Sénégalais dans le capital, ils sont dans le capital, pourquoi n'ont-ils pas pu y prendre part ? C'était un appel d'offres ouvert ! On n'a pas dit que c'était pour les étrangers ! Donc aujourd'hui il est facile de se cacher derrière ce genre de revendications. Mais c'est par le travail que les gens doivent pouvoir, je pense, après vingt ans de compagnonnage, on aurait pu avoir des gens capables aujourd'hui de présenter une offre qui soit acceptée, mais dire qu'on donne tout à l'étranger c'est un argument trop facile”, ajoute-t-il, sur un ton ferme. A l'en croire, le secteur privé du Sénégal est bien présent dans la mise en oeuvre du PSE. “Plus de 60% à 70% de tous les marchés publics sont gagnés par des entreprises sénégalaises”, renchérit le président Sall
Les déboires judiciaires de quelques candidats à la présidentielle se sont invités à la discussion. Mais là aussi, le président de la République a remis les points sur les i. Pour lui, les candidats trainés devant dame justice n'affaiblissent en rien la démocratie sénégalaise. “Mais les ennuis judiciaires existent dans tous les pays du monde que ce soit en Allemagne, en France, aux Etats-Unis ! Mais vous répondez devant la justice. Pourquoi voulez-vous lorsqu'il s'agit de l'Afrique, qu'on en fasse un problème ? En France, on a vu des candidats à l'élection présidentielle et en pleine campagne qui ont été mis en examen. Est-ce qu'on a pour autant parlé de la démocratie française ou de la justice française ? Pourquoi voulez-vous, chaque fois qu'il s'agit de l'Afrique qu'on veuille en faire une exception ? La justice, elle est là pour tout le monde !”, s'emporte le chef de l'Etat.
Sur le même tempo, Macky Sall fait savoir que l'Afrique n'a pas de leçon à recevoir de qui ce soit. Se faisant plus explicite, il dit : “En tout cas le Sénégal n'est pas là pour recevoir des leçons. Moi j'estime que je suis un démocrate, que le Sénégal est une démocratie et je ne peux pas accepter, de qui que ce soit, des reproches qui ne sont fondés sur rien du tout. Le Sénégal est une démocratie absolue et ça, tout le monde le sait ! Ce n'est pas parce que des gens qui ont des problèmes avec la justice, qui ont usé de leur défense devant les juridictions jusqu'à la cour suprême, ont été condamnés, qu'on remet en cause notre démocratie ou notre système judiciaire ! Ce n'est pas juste !”
Mercredi 31 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :