Accident mortel à Kaolack : Gora Khouma indexe « la gestion du contrôle routier » et dit basta à la violence


Dimanche 15 août, une journée sombre pour Kaolack, après un accident mortel causé par un camion malien causant la perte de 4 vies, les habitants de la localité et des environs, pris de colère, se sont violemment attaqués à tous les transporteurs maliens qui empruntent l’axe Kaolack-Mali. Un geste qui n’a pas été sans retombées, puisque des transporteurs sénégalais basés au Mali ont également été victimes de violence au Mali. Gora Khouma transporteur très connu dans le réseau, joint par Dakaractu revient sur les faits.
 
« Les autorités doivent prendre leurs responsabilités, il ne devrait pas y avoir de violences entre les deux pays. Quoi qu’on puisse dire cela reste un accident. Il n’y a pas d’autre alternative possible. Que les sénégalais cessent d’emprunter cet axe jusqu’à ce que l’ordre soit rétabli  et vice-versa... C’est à l’autorité de gérer ce problème, pas aux populations car ceci peut être à l’origine d’un incident diplomatique », dira-t-il.
 
« Mauvaise gestion dans le contrôle routier »
Selon Gora Khouma, la faille se trouve dans la gestion du contrôle routier. Il estime que les douaniers sont à l’origine de tous ces problèmes et que les contrôles routiers à chaque coin perturbent énormément les conducteurs qui normalement devraient être épargnés de toute source de pression. À cela s’ajoutent les différents arrêtés des préfets qui, à la suite d’accidents au niveau de leur région de service, interdisent le stationnement aux camions transporteurs.  « Les chauffeurs n’ont pas la possibilité de se reposer du fait des arrêtés de pratiquement tous les préfets des localités, ce qui est déplorable dans la mesure où le conducteur devrait se reposer au moins une heure lorsqu’il est supposé faire un long trajet. Que ce soit le moteur ou le chauffeur, le repos est déterminant voir primordial au cours d’un voyage. »
 
« Le respect du code de la route, l’ultime solution »
 
Étant donné les relations diplomatiques qu’entretiennent le Sénégal et le Mali, Gora Khouma au bout du fil tire sur le comportement des populations qui semblent oublier qu’il s’agit d’un accident et que justice ne peut se faire à travers ces gestes jugés barbares. Toutefois, il conçoit qu’il serait plus judicieux de se focaliser sur le respect du code de la route afin d’éviter certains chocs brutaux qui occasionnent souvent des pertes humaines. Une dizaine de camions d’immatriculations étrangères saccagés, 1 policier blessé dans l’exercice de ses fonctions, plusieurs arrestations, un revirement de situation causant du tort aux sénégalais basés au Mali. Un bilan lourd de conséquences. Après l’appel au calme d’un nombre important d’autorités, les transporteurs eux aussi appellent à plus de responsabilité du côté des conducteurs, mais également de celui des populations.
 
 
 
Lundi 16 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :