Abdoul Mbaye : Le dispositif de contrôle mis en place par le président du Conseil constitutionnel viole la constitution…


Abdoul Mbaye, président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) a tenu un point de presse, ce lundi 7 janvier 2019, pour porter des révélations à propos de la vérification des listes de parrainage concernant sa candidature pour la présidentielle. 

Dans cette rencontre à laquelle ont pris part plusieurs leaders de l’opposition, l’ancien Premier ministre a étalé toute une panoplie de preuves pour démontrer la «mascarade» autour de la vérification de la conformité des parrains des différents candidats. Ainsi, le candidat recalé estimera que « les procès-verbaux de vérification des parrainages de chaque candidat signés par M. Pape Oumar Sakho, président du Conseil constitutionnel sont faux, non pas par défaut de traitement, mais intentionnellement faux… » Ce qui laisse présager qu’au vu de  plusieurs de ces inexactitudes notées dans le PV de Abdoul Mbaye, notamment certains parrains présentés comme « non inscrits sur les listes électorales », que le Conseil constitutionnel participe à la «réduction de l’offre politique devant permettre le meilleur choix aux électeurs», a martelé l’ancien Premier ministre. 

Poursuivant, le président de l’ACT, dénonce des rejets abusifs de ses parrains, parmi tous les cas, on peut citer le rejet définitif insusceptible de remplacement ou de correction avec comme motif « non-inscrits sur les listes électorales », alors qu’il s’agissait bien en réalité de fautes d’orthographe. On peut ainsi prendre un exemple, parmi tant d’autres, avec un certain Garpard Diallo, car il y a une erreur sur le nom « Diallo » au lieu de « Dialo », ce cas concerne plus d’un millier.

Enfin, avec tous ces manquements notés dans la vérification des parrainages, l’ancien Premier ministre de Macky Sall, évoque deux hypothèses possibles et estime que «ou Pape Oumar Sakho, président du Conseil constitutionnel, a été abusé ou il agit en toute connaissance de cause.» Dans l’hypothèse première, il espère que l’impossibilité d’appliquer ce système de parrainage d’une extrême faiblesse technique sera constatée. Dans la deuxième, il reste convaincu que parmi les six autres candidats du Conseil constitutionnel figurent une large majorité de sages qui diront et appliqueront le droit dans le respect des principes généraux de notre Constitution. Abdoul Mbaye a déclaré avoir déposé un recours en contestation auprès du Conseil constitutionnel, le vendredi 4 janvier 2019.
Lundi 7 Janvier 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :