Abdou Latif Coulibaly sur l'assainissement de la presse : « Je suis le premier défenseur de la cause du journaliste, mais le journalisme ce n'est pas dire n'importe quoi… Avant de demander la régulation, il faut... »


qui le régissent". C'est pour ainsi résumer le point de vue du ministre secrétaire général du gouvernement qui s'exprimait dans l'Entretien avec Dakaractu. Selon Abdou Latif Coulibaly, le métier de journaliste est aujourd'hui au bord du gouffre. "Je ne suis pas le seul à dire que ce métier rencontre énormément de problèmes. Plusieurs structures de régulation l'ont dit. Je pense que les journalistes doivent se munir du minimum de respect pour le métier. Quand on exige le respect, il faut commencer par soi", lance l'ancien ministre de la culture et ancien journaliste du groupe Sud Communication.

Abdou Latif Coulibaly, se définissant comme l'un des premiers défenseurs de la cause des journalistes, rappelle que ce milieu mérite bien d'être plus assaini au regard des différentes dérives notées dans le métier. "Si nous voulons être un exemple dans le monde de la presse il nous faut donner à ce métier ce qu'il demande", ajoute le membre de la mouvance présidentielle.
Abordant la fermeture de certains médias fermés au cours de ces récentes émeutes, Abdou Latif Coulibaly estime qu'il y'a des obligations auxquelles tout acteur des médias doit se conformer. Personnellement, je condamne toute agression faite aux journalistes. Je serais toujours le premier à les défendre, mais le journaliste ne peut pas ouvrir un média et se permettre de jeter le discrédit sur l'autre. C'est simplement irresponsable de la part d'un journaliste", se désole l'ancien du groupe Sud Communication.

Le ministre secrétaire général du gouvernement considère qu'il doit y avoir une autorégulation avant de parler de régulation venant de quelque structure que ce soit. " On n’a commencé à parler de régulation que dans les années 80... 2000. Mais bien avant, il y avait une autorégulation qui permettait à tout homme de média de faire le distinguo entre le faisable et son contraire. C'est ce qui doit en premier lieu interpeller le journaliste avant de parler de régulation", conclut-il.
Mercredi 21 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :