AFFAIRE MASSATA DIACK : La Centif en piste

Selon nos informations, une déclaration de soupçon a été transmise à la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF) dans le cadre de l’affaire Massata Diack. Une dénonciation tardive qui cache les manœuvres d’une banque visée par des vérifications du parquet national financier de Paris.


Selon les informations de Libération, la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF) a été saisie d’une déclaration de soupçon qui vise directement Massata Diack, le fils de Lamine Diack. Une démarche pour le moins troublante et pour cause.
Des sources autorisées renseignent que le signalement émanerait d’une banque qui cherche à se couvrir après avoir failli.
En effet, le parquet national financier de Paris a appris que plus d’un million d’euros ont été virés dans le compte sénégalais de Massata Diack logé dans cette banque sans qu’elle ne daigne faire une déclaration de soupçon à l’époque.
C’est parce qu’elle sait que les autorités judiciaires françaises l’ont dans le collimateur que la banque cherche à se couvrir d’autant qu’une enquête préliminaire a été ouverte.
Dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de corruption à Rio, les enquêteurs brésiliens et français ont découvert que Matlock Capital Group qui appartient à Arthur Cesar de Menezes Soares Filho - visé par un mandat d’arrêt international - avait versé trois jours avant le vote attribuant les Jeux olympiques à Rio la somme de 1,5 million de dollars à une société appartenant à Papa Massata Diack. Alors que celui-ci clame la régularité de cette opération, le parquet national financier l’assimile à un bakchich.
Une note transmise par les enquêteurs français à ceux de Rio dans le cadre d’une commission rogatoire révèle qu’en fait Matlock a tenté de transférer deux millions de dollars d’un compte qu’il détenait dans les Iles Vierges britanniques à un compte d'une banque contrôlée par Papa Massata Diack, selon les documents.
Cinq jours plus tard, le 28 septembre, l’argent a été renvoyé par la banque. Qui plus, le 29 septembre, Soares a utilisé un compte bancaire de Matlock à Miami (USA) pour effectuer deux paiements distincts totalisant deux millions de dollars vers les comptes détenus par Papa Massata Diack directement ou par sa société Pamodzi Consulting.
Ces comptes se trouvaient dans les filiales de la banque concernée en Russie et au Sénégal.
Ces développements interviennent au moment où on apprend que le FBI a décidé d'ouvrir une enquête dans le cadre du volet brésilien de l'affaire dite de corruption à l'IAAF.
Jeudi 4 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :