AFFAIRE DES EXÉCUTIONS DE BOFFA : Des dignitaires fricotaient avec les assassins

Au moins deux chefs de village et des dignitaires ont été écroués hier dans le cadre de l’affaire de la tuerie de Boffa en même temps que le journaliste René Captain Bassène.


AFFAIRE DES EXÉCUTIONS DE BOFFA : Des dignitaires fricotaient avec les assassins
Comme le révélait Libération, c’est ce vendredi que les suspects déférés au parquet dans le cadre des exécutions de Boffa ont fait face à un juge d’instruction du tribunal de Ziguinchor.
Seize parmi eux ont été placés sous mandat de dépôt, conformément au réquisitoire du parquet, pour association de malfaiteurs, assassinat, participation à un mouvement insurrectionnel et détention d’armes à feu sans autorisation. Le journaliste René Captain Bassène fait partie du lot. Et ce n’est pas la seule surprise du dossier.
Selon les informations de Libération, des dignitaires locaux dont au moins deux chefs de village très connus, ont été placés sous mandat de dépôt. Des sources renseignent que ces derniers, tout comme quatre jeunes membres d’un comité villageois de surveillance des forêts, étaient en collusion manifeste avec les tueurs.
N’empêche, les gendarmes n’ont pas encore bouclé l’enquête puisque d’autres personnes, dont les tireurs, sont traqués.
Les autorités judiciaires et les enquêteurs peuvent compter sur le soutien ferme des autorités qui comptent faire toute la lumière sur cette odieuse affaire.
Mercredi encore, en conseil des ministres, Macky Sall avait demandé au gouvernement de diligenter dans les meilleurs délais toutes les enquêtes nécessaires en vue de mettre la main sur les auteurs directs de cet acte et leurs complices ; personnes qui seront recherchées, arrêtées, jugées et punies par la loi à la hauteur de leurs forfaits odieux.
En outre, le chef de l’Etat demandait aux forces de défense et de sécurité d’engager tous les moyens requis afin de neutraliser durablement toutes les bandes armées qui sévissent sur l’ensemble du territoire national.
Par ailleurs, le président de la République ordonnait au gouvernement, de suspendre jusqu’à nouvel ordre, toutes les autorisations de coupe de bois et de procéder sans délai à la révision du code forestier.
Enfin, Macky Sall réaffirmait son option fondamentale de consolider, par le dialogue inclusif avec l’ensemble des acteurs et le développement économique participatif, la dynamique consensuelle de paix entretenue dans la région naturelle de Casamance depuis son avènement à la magistrature suprême en avril 2012.
À noter que les autorités judiciaires ont décidé de jouer la carte de la transparence en ordonnant une autopsie suite à la mort de Bourouma Toumbara Sané. Président du comité inter-villageois de Nyassia, il est mort jeudi alors qu’il était en route pour répondre à une convocation de la Gendarmerie. Ce, après avoir été entendu la veille par les enquêteurs.
Samedi 20 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :