AFFAIRE DES DJIHADISTES PRÉSUMÉS : Le financier "Abou Hatem" raconté par son père et son jeune frère

De son vrai nom Mouhamadou Lamine Diop, ‘’Abu Hatem’’ fait partie des financiers présumés des accusés renvoyés devant la Chambre criminelle de Dakar pour terrorisme présumé.


AFFAIRE DES DJIHADISTES PRÉSUMÉS : Le financier "Abou Hatem" raconté par son père et son jeune frère
L'homme qui avait remis 65.000 euros à Makhtar Diokhané, et qu’on dit mort récemment en Libye, a tenté d’acheminer son jeune frère dans les zones de combat. C’est ce dernier qui en a fait la révélation aux enquêteurs alors que leur père confiait aux gendarmes, la mort dans l’âme, que son fils a rejoint les bastions de l’Etat islamique en même temps que son épouse Mame Awa Camara et leur fille.
Son nom est revenu à plusieurs reprises dans le dossier des jihadistes présumés renvoyés devant la Chambre criminelle. ‘’Abou Hatem’’ apparaît selon plusieurs témoignages recueillis par les enquêteurs comme un recruteur actif qui a eu à financer, depuis la Libye, les premières réunions de la bande à Makhtar Diokhané au Lac Rose, à Mbao (Dakar) et à Richard-Toll (Nord). Makhtar Diokhané a d’ailleurs reconnu, lors de son interrogatoire sous le régime de la garde à vue, avoir reçu 65.000 euros (42,6 millions F Cfa) de Abu Hatem « qui revenait d’un voyage en Arabie Saoudite ».
Même si des informations le disent mort récemment à Syrte, il n’en demeure pas moins que les enquêteurs ont pu cerner le personnage grâce à son proche entourage entendu à titre de renseignements dans le cadre de l’affaire Makhtar Diokhané et Cie.
Sur un fauteuil roulant depuis qu’il a été blessé au combat, Abu Hatem occupait une place importante dans le dispositif de l’Etat islamique pour être apparu dans plusieurs vidéos de propagande.
Derrière Abu Hatem se cache le nommé Mouhamadou Lamine Diop. Les enquêteurs ont pu remonter à son père M. Diop qui a été interrogé sur procès-verbal régulier.
D’après ce dernier, son fils a effectivement rejoint les zones de combat en Libye en compagnie de son épouse Mame Awa Camara et de...leur fille.
Au moment où il était encore actif en Libye, il avait d’ailleurs posté la photo de son enfant tenant une arme. L’image avait choqué les réseaux sociaux. A. diop, frère de ‘’Abu Hatem’’ et élève en première dans un Cem de la banlieue a fait une autre révélation aux enquêteurs qui confirme que ce dernier est un vrai illuminé.
Selon lui, son frère l’a appelé au téléphone courant 2015 pour lui proposer de venir en Libye effectuer le jihad à ses côtés.
Mais A. Diop précise lui avoir affirmé que non seulement cela ne l’intéressait pas mais il n’en avait pas le courage. Des propos qui semblaient avoir mis en colère ‘’Abu Hatem’’ qui lui aurait dit que contrairement aux informations diffusées, c’est lui qui traquerait les soldats américains et non le contraire.
Comme Mouhamadou Lamine Diop, Aballah Ba dit Zaid - présumé mort aussi en Libye et cité à plusieurs reprises dans l’affaire Diokhané - avait aussi rejoint les bastions de l’Etat islamique en famille. En effet, Mbaye K. avait expliqué aux enquêteurs de la DIC n’avoir plus de nouvelles de sa fille, Ndeye S.K et de son mari Zaid Ba.
En août 2015, il ajoutait que sa fille a joint au téléphone sa maman pour lui dire qu’elle vivait désormais dans un Etat islamique. Mbaye K. ignorait encore que Ndèye Sy K. avait rejoint l’Etat islamique. mais il y’a de cela deux mois, cette dernière a appelé encore sa mère pour lui dire que son époux, Zaid Bâ, était mort au combat, en même temps que d’autres Sénégalais, sans plus de précisions. C’est en regardant l’indicatif du numéro avec lequel elle appelait que sa famille a compris qu’elle était en Libye dans les territoires contrôlés par Daesh.
Jeudi 18 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018