ABUS D’AUTORITÉ : L'UNSAS charge la Police de Mbour après l’arrestation d’un mandataire syndical et dénonce un complot


ABUS D’AUTORITÉ : L'UNSAS charge la Police de Mbour après l’arrestation d’un mandataire syndical et dénonce un complot
L’union nationale des syndicats autonomes du Sénégal a dénoncé dans une note qui nous est parvenue, l’arrestation et le déferrement au parquet de Souleymane Thiam, mandataire syndical à l’UNSAS, « ayant bel et bien qualité à intervenir dans les différends de travail sur toute l’étendue du territoire national ». Une situation qui pousse l’UNSAS à évoquer « un complot entre la Police de Mbour et un employeur » pour avoir «  délibérément violé le droit de défense reconnu à un mandataire syndical attitré ».
Tout est parti d’un litige entre M Bassirou Cissé ex employé (jardinier et gardien), de Mme Marie Claire Beau Grand qui l’a licencié après huit ans de bons et loyaux services. « Ce dernier percevait un salaire infra-conventionnel de 45 000 FCFA, sans prime d’ancienneté, ni indemnités de transport, ni congés payés. C’est pourquoi le mandataire de l’UNSAS s’est rendu à Mbour pour apporter assistance  à ce travailleur  licencié abusivement », rappelle notre source.
C’est ainsi que Souleymane Thiam  « est entré en contact avec l’employeur  pour  une tentative de rapprochement des deux parties  en litige qui, après plusieurs séances de négociation, ont librement accepté de régler à l’amiable le différend qui les opposait. Un protocole d’accord a été dûment établi sur la base d’une transaction financière de l’ordre  de deux millions de francs pour solde de tout compte,  payable en deux tranches » indique le communiqué de l’UNSAS.
Par la suite, poursuit l’UNSAS, l’employeur, fit volteface, en embarquant la police dans un conflit de travail et niant tout statut de mandataire au camarade Souleymane Thiam, malgré la présentation de sa carte, la police de Mbour engageât une   procédure  qui finit par conduire M. Thiam en mandat de dépôt.
L’UNSAS donc de dénoncer cette arrestation arbitraire, au relent d’un complot entre un employeur et la police. « En effet, il n y a que le juge social qui peut intervenir pour annuler l’accord conclu  par les parties en litige,  si tant est que la violation d’un  élément substantiel de droit est avéré.  La police a délibérément violé le droit de défense reconnu à un mandataire syndical attitré » ajoute la même source.
La plaignante, Madame Beau Grand, n’a pas daigné  comparaitre  à l’audience du 15 mars 2019  et l’UNSAS exprime toute son indignation face à cet abus de pouvoir de la police qui cautionne l’humiliation de dignes travailleurs. Pour finir, elle a exigé la libération immédiate et sans condition  de Souleymane Thiam  détenu illégalement à la maison d’arrêt de Mbour et réclame le paiement intégral des droits acquis de M. Bassirou Cissé et se réserve le droit d’ester en justice contre Mme Beau Grand et ses complices pour citation abusive et abus d’autorité. 
Mardi 19 Mars 2019
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :