ABIBATOU YOUM SIBY, DG DE LA DESPS : « Le Sénégal a toujours été en avance sur la question des Droits de l’enfant »


Abibatou Youm Siby, Directrice de l’Education Surveillée et de la Protection Sociale (Desps) s’est exprimée lors du panel organisé hier au centre de sauvegarde de Pikine dans le cadre de la célébration du 30ème anniversaire de la Convention des Droits de l’enfant. 

Mme Siby a d’abord souligné que le Sénégal a toujours été en avance sur la question des Droits de l’enfant parce que déjà en 1966, nous disposions initialement d’un service de l’éducation surveillée qui sera en 1977, érigé en direction de l’éducation surveillée et de la protection.

Elle fait ensuite remarquer que cette journée est d’une importance capitale parce qu’elle donne l’opportunité aux enfants de parler de leurs Droits et d’interpeller les parents et l’Etat du Sénégal sur les difficultés auxquelles ils sont confrontés et leurs attentes en terme de solutions. 

Selon la Directrice, elle leur permet également de s’adresser à leur premier protecteur qu’est le chef de l’Etat, mais aussi à leur premier défenseur qui n’est autre que le Garde des Sceaux.

Les enfants ont commencé la journée avec une belle prestation suivie d’une déclaration revendicative qu’ils lui ont remise et elle se fera l’honneur de le remettre personnellement au Garde des Sceaux qui se fera le plaisir de le transmettre au président de la République. La Directrice a révélé que le nombre d’enfants qui se trouvent dans les différents centres de la DESPS s’élève à ce jour à 5 455. 

La directrice se réjouit de ces chiffres et se dit convaincue que face à la problématique des enfants, des efforts seront consentis pour permettre à la DESPS de prendre en charge tout enfant en situation de difficulté. 

Enfin, interpellée sur la question du retrait des enfants de la rue, elle affirme que la réflexion a été enclenchée pour la campagne à venir qu’une démarche participative a été adoptée. 
Madame Siby ne manque pas de souligner que la DESPS est un élément essentiel du dispositif de retrait des enfants parce qu’il ne s’agit pas de retirer l’enfant n’importe comment, mais avec professionnalisme. 
Elle rassure qu'une fois retirés de la rue, ils seront identifiés, recensés, pris en charge par une équipe pluridisciplinaire d’éducateurs spécialisés, avec un suivi médical et psychologique dans le but de réorganiser le retour de ces enfants au sein de leurs familles et pour les enfants qui ne sont pas sénégalais, une fois qu’ils retourneront dans leur pays, leur prise en charge soit effective. 

Interrogée sur l’affaire des talibés enchainés récemment, elle déplore les faits, mais rappelle que l’objectif est de ne pas s’en limiter là, mais arriver à ce qu’il n’y ait plus jamais de maltraitance d’enfants, avant de conclure par ces mots : « révolutionner le monde avec des idées plutôt qu’avec la violence » 
 
Vendredi 29 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :