A Thomas Sankara, fièrement.


Ce fut en 1987 et exactement le quinze octobre,
Quand fut  jeté avec insouciance, l’opprobre,
Bien après les premiers pas de l’aurore,
Provocant une effroyable horreur du mentor,
Sur cet orateur hors norme,
Aux ambitions énormes,
Celui-là qui a su donner espoir,
A une jeunesse africaine dans le désespoir,
Grâce à sa croisade contre l’impérialisme,
Qui a replongé l’Afrique dans le colonialisme.
Thomas était son prénom,
Sankara, son mythique nom.
Il s’appelait bien Thomas Sankara,
Et valait bien plus que de l’or à cent carats.
Trente ans après son lâche assassinat,
Ses sublimes idéaux que rien n’élimina,
Ont vaillamment dompté le temps,
Et il en sera ainsi pour longtemps,
Car, même mort,
Sankara est or.
C’est pourquoi clairement, il n’est pas du tout mort,
Puisque ses bourreaux se torturent encore de remords.
Pour toi Sankara, nous ne serons jamais las,
D’être toujours, encore et véritablement là.
Nous attendons toujours que Compaoré comparaisse,
Devant un tribunal à l’indépendance épaisse,
Pour qu’enfin justice soit faite,
Afin que l’Afrique retrouve le faîte,
Sinon elle sera toujours privée de fête,
Et perdra sans doute et à jamais, sa tête.
« La patrie ou la mort, nous vaincrons »,
Et les bourreaux de l’Afrique périront.
Vive Thomas Sankara,
A bas en forme humaine, les haras,
Vive l’Afrique, mon Afrique,
Notre fierté reste ludique.


Yankhoba SEYDI
Dimanche 15 Octobre 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :