9 milliards F Cfa dissipés dans l’achat d’un avion de commandement : Cosa nostra à Bamako

​Dans le cadre de l’achat d’un avion de commandement au Mali et de fourniture d’équipements militaires, des décaissements frauduleux ont été effectués en faveur de Michel Tomi, le parrain corse et ami de Ibk. Au total 9 milliards de F Cfa ont été volés des caisses du Trésor dans cette affaire qui met formellement en cause le sommet de l’Etat malien.


9 milliards F Cfa dissipés dans l’achat d’un avion de commandement : Cosa nostra à Bamako
C'est une bombe de 233 pages que le Vérificateur général du Mali, Amadou Ousmane Touré, a largué dans la cour du Président Ibrahim Boubacar Keita dit Ibk. Ce, révèle Libération,  à la suite d’une mission de vérification portant sur l’acquisition d’un avion présidentiel. Dans ses conclusions, le Vérificateur a révélé un détournement de deniers publics portant sur la somme de 9,01 milliards de F Cfa entachés de favoritisme, de trafic d’influence et de fraude fiscale. Et le moins que l’on puisse dire est que le rapport a mis en cause les méthodes mafieuses de Ibk puisque le principal bénéficiaire de cette fraude massive est...Michel Tomi, le parrain Corse visé en France pour corruption de dirigeants en Afrique.
Une procédure dans laquelle Ibk est nommément cité et ce n’est pas pour rien que l’ex ministre de la Défense du Mali, Soumeylou Boubèye, fortement impliqué dans l’achat de l’appareil, a été entendu sous le régime de la garde à vue par la brigade financière de Paris agissant sur délégation judiciaire du magistrat qui avait mis en examen Tomi.
Dans son rapport consulté par Libération, le Vérificateur général révèle que pour l’achat de l’avion, un mandat de recherche exclusif a été signé, le 22 décembre 2013, en faveur d’un «conseiller du gouvernement » pour effectuer des «recherches» et acheter l’appareil. Dès signature, le «conseiller», Sky Color en l’occurrence, a reçu 1,2 milliard de F Cfa pour un travail que l’Agence civile de l’aviation malienne pouvait faire gratuitement. La réponse à ce favoritisme se trouve peut-être dans le fait que la société, immatriculée à Hong-Kong avec un numéro de téléphone mobile du... Gabon, a pour représentant Marc Gaffajoli qui n’est personne d’autre que l’Administrateur de Afrijet, société de location d’avion appartenant à Michel Tomi. 
Sur recommandation de Sky Color, l’Etat Malien a signé un contrat de cession-acquisition d’un Boeing 737 avec Akira Investments Limited (Aic) enregistrée aux Iles Vierges britanniques. Au total, note le Vérificateur général 18,9 milliards de F Cfa ont été dépensés dont 17 49 17 FCFA payé à Alc et relatif au prix d’achat de l’aéronef etc. Il se trouve, qu’après achat, l’avion n’a pas été enregistré au nom de l’Etat du Mali mais de Mali Bbj Ltd, société créée dans le tas à Anguilla, un des paradis fiscaux britannique. Ce, pour une période de deux ans à travers le certificat N°Bvi14/00 et le certificat de navigabilité N°Bvl-14/00 délivré pour l’exploitation, sur une période d’un an Cependant, aucun document déterminant la structure de gestion de cette société n’a été fourni.
N’empêche, un contrat de bail a été signé pour un an avec tacite reconduction entre le ministre de la Défense et des Anciens Combattants pour le compte de la République du Mali et «Mali Bbj Ltd», représenté par le Managing Director d’Imc Management (Anguilla) Limited dont l’identité reste indéterminée. En outre, pour son exploitation, les autorités d’Aruba ont attribué une licence radio avec des fréquences à une société dénommée «Jetmagic Ltd», situé à St Julian Malte sous le numéro Rcs C 909 et une police d’assuance a été souscrite par cette dernière avec Axa Corporate Solution dont la couverture exclue le Mali sauf en cas de souscription complémentaire.

Le Mali a acheté un avion qu’il...loue

Or, l’article 1 du contrat de bail exige que le locataire ne peut faire cession ou sous- location du contrat, ni de tous les droits et intérêts, ou de déléguer toute obligation découlant du présent contrat de location sans le consentement écrit préalable du bailleur (le Mali). Aucun acte dans ce cadre n’a été fourni à l’équipe de vérification. N’empêche, sur 10 milliards de F Cfa destinés à couvrir les frais d’approche, des opérations frauduleuses d’un montant total de 9 0 120 70 F Cfa ont été effectuées. En effet, les factures pro forma à l’appui des lettres de crédit pour l’achat de matériels et d’équipements indiquent clairement que les prix comprennent la livraison (frais d’approche) jusque dans les locaux désignés par l’autorité contractante.
Par conséquent, le titulaire du marché n’avait plus à supporter les frais d’approche liés à l’opération. Un premier virement de 4 200 120 70 F Cfa a été cependant effectué, le 11 février 2014, sur un compte bancaire domicilié à Abidjan en faveur de la société «Golden Rod Investissement ».
Les 12 et 1 février 2014 toujours avant la fourniture de la garantie autonome (le 28 février 2014), deux retraits de 200 millions de F Cfa chacun, soit 400 millions de F Cfa au total, ont été effectués en espèces par le Comptable de «Guo Star». A la date du 2 avril 2014, un autre retrait en espèces a été effectué par la même personne et un virement bancaire de 420 000 000 FCfa a été ordonné et exécuté au profit du Bureau africain de recherches technologiques (Bart), domicilié à Abidjan. L’objet social de cette Société à responsabilité limitée Unipersonnelle, enregistrée au greffe du Tribunal de Commerce d’Abidjan sous le Numéro Ci-Aj-2008-B-1, n’a aucun lien avec l’opération. Il en résulte qu’aucune activité réelle en lien avec l’opération ne justifie ces décaissements.
Par conséquent, ces transactions sont constitutives de fraude et de   blanchiment de capitaux. 
 
Vendredi 16 Janvier 2015
Dakaractu




1.Posté par ACCUEIL le 16/01/2015 10:56
C'ETAIT A PEU PRES LA MEME CHOSE AVEC L'AVION DE WADE, SAUF QUE LATIF AVAIT LEVE LE LIEVRE



Dans la même rubrique :