7 ans après son exécution par des « Junglers » de Jammeh : Enfin la vérité sur les circonstances de la mort de Tabara Samb en Gambie


7 ans après son exécution par des « Junglers » de Jammeh : Enfin la vérité sur les circonstances de la mort de Tabara Samb en Gambie
Condamnée à mort pour avoir tué son mari, Ibrahima Niang qui a été ébouillanté, la Sénégalaise Tabara Samb a été tuée, il y a jour pour jour, 7 ans, en Gambie. L'affaire a beaucoup fait parler au Sénégal.

Selon la version officielle servie par le gouvernement gambien d'alors, elle a tuée, en compagnie de huit autres personnes, par un peloton d’exécution le 26 août 2012.

Ministre des affaires présidentielles de l’époque, le Dr Njogu Lamin Bah disait : « Les lois gambiennes sur la peine de mort sont très claires et énoncées au paragraphe 18 (1) de la Constitution de la République de Gambie, aux termes duquel aucune personne ne doit être privée de sa vie intentionnellement; sauf dans l'exécution d'une peine de mort infligée par un tribunal compétent pour une infraction pénale passible de la peine capitale en vertu de la législation gambienne, en raison de ses effets conformément au paragraphe 2 dont il est légalement responsable condamné conformément aux dispositions de la loi susmentionnée. »

Mais la réalité est tout autre si on se fie aux témoignages d'anciens « Junglers », du nom des escadrons de la mort utilisés alors par Yahya Jammeh pour éliminer qui il voulait.

Amadou Badjie et Omar A. Jallow ont reconnu devant la commission Vérité, Réconciliation et Réparations avoir participé à l’opération qui a mis fin aux jours des neuf prisonniers dont la sénégalaise Tabara Samb.

Amadou Badjie a déclaré qu’aucun des condamnés à mort, à savoir Dawda Bojang, Malang Sonko, l'ex-lieutenant Lamin Jarjou, l'ex-SGT Alieu Bah, l'ex-SGT Lamin F Jammeh, Tabara Samba, Buba Yarboe, Lamin BS Darboe et Gebe Bah, n’a été abattu ni entendu un coup de feu.

Revenant sur le déroulé de l’opération qui a coûté la vie aux neuf prisonniers, Omar Jallow déclare que ce jour, son téléphone ne fonctionnait pas et qu’il a dû utiliser celui de Alieu Jeng, un autre Jungler, pour parler à ses collègues qui l’attendaient. Qui sont ces collègues ?
 
Il cite les noms du Major Nuha Bagjie, qui à l’époque était le patron des « Junglers », le capitaine Momodou Jarju dit Rambo, le lieutenant Mustapha Sanneh, le lieutenant Michael Jatta, l’adjudant Fansu Nyabally, l’adjudant Pa Ousman Sanneh et le sergent Malick Manga. 
 
Il a aussi évoqué les noms du sergent d'état-major Amadou Badjie, du sergent d'état-major Saul Sambou, de Saikouba Jarju et des officiers de police qui étaient l'Adjudant Modou Busso, du sergent d'état-major Lamin Sambou et du sergent Buba Badjie.
 
Poursuivant, il raconte qu’en tant que chef des opérations, Nuha Badjie leur fera savoir que l’ordre de tuer les neuf prisonniers émanait de Jammeh.

Arrivés à Mile Two, ils n’ont aucune difficulté pour accéder à l’intérieur et à récupérer les condamnés à mort qui seront mis dans des véhicules pour être conduits au champ de tir de Brikama.

Seulement, renseigne l’ancien « Jungler » Omar Jallow, les prisonniers ne verront pas l’ombre d’une arme à feu. Ils ont été tués au moyen de sac à nylon qui recouvraient leurs têtes avant d’être jetés dans une fosse commune, en territoire sénégalais. Jallow précise que la sénégalaise Tabara Samb était l’unique femme du groupe qui a été exécuté sur ordre de Yahya Jammeh.
Présent à la prison Mile Two, lors de l’enlèvement des condamnés à mort, l’ancien juge gambien Lamin Jorbateh qualifiait de juste leur exécution. Il avait même pris l’exemple de la sénégalaise Tabara Samb et rappelait que cette dernière a ébouillanté son mari en lui versant de l’huile chaude à l’oreille et c’est à la suite de cela que Ibrahima Niang est décédé. « Quel pays permettrait aux gens de commettre de tels crimes en toute impunité », se demandait-il ? Aurait-il défendu la même cause après avoir appris les circonstances atroces de sa mort ?
Samedi 24 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :