5ème session extraordinaire G5 Sahel : La conférence des chefs d’État marque ses inquiétudes pour la sécurité, mais dégage des perspectives.


Une fois de plus, les chefs d’État du G5 se sont réunis ce vendredi 9 juillet 2021 par visioconférence pour faire l’évaluation de la situation sécuritaire au Sahel. Mais aussi faire le suivi des recommandations du sommet de N'Djaména de février 2021 et tant d’autres questions lors de cette 5ème session extraordinaire de la conférence des chefs d’État du G5 Sahel.

C’est ainsi que, après concertation, les chefs d’État ont entériné la nomination de M. Tiare Yemdaogo Éric comme secrétaire exécutif du G5 Sahel et adopté le principe du mandat unique et de rotation entre les pays pour ce poste. Il aura en charge le centre de fusion du renseignement à Niamey.

Toutefois, la sécurité de la région était au cœur des discussions. C’est ainsi qu’une série de mesures ont été adoptées. Les chefs d’État se sont inquiétés de la recrudescence de l’activisme terroriste au Sahel et des menaces pesant sur les pays du G5 Sahel et de la sous-région. Ainsi, ils ont estimé à près de 30.000 combattants surarmés pour la sécurité des pays du G5 et de la sous-région. Ils ont manifesté l’urgence et avec insistance la nécessité de renforcer la force conjointe autour du bassin du Lac-Tchad face à la persistance de la menace djihadiste. Les pairs du président Tchadien, ont rappelé leur demande constante pour un financement pérenne et prévisible de la force conjointe du G5 Sahel.

Cependant, les chefs d’État de la région ont adopté quelques accords militaires pour mieux consolider et conjuguer les efforts de lutte contre l’avancée pressante du terrorisme. Prenant part à cette visioconférence, le président de la France, Emmanuel Macron a décidé de transformer le dispositif militaire français déployé au Sahel qui s’inscrit dans le cadre des discussions conduites depuis le sommet de Pau en janvier 2020. Une décision que les présidents du G5 Sahel ont appréciée à sa juste valeur.

Les situations au Mali et au Tchad sont revenues lors des échanges. Après avoir écouté les présidents de transition des deux pays, le G5 attend tout simplement et bonnement le respect des engagements internationaux en matière de lutte contre le terrorisme et pour le conseil militaire de transition à tenir dans la période de 18 mois, de nouvelles élections démocratiques, libres et transparentes. Ils ont appelé la communauté internationale à soutenir et à accompagner les régimes de transition au Mali et au Tchad.
Vendredi 9 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :