2ème forum de la PME sénégalaise/ Échanges entre les acteurs sur les risques et le financement massif : Le ministre du commerce promet de transmette le cahier de recommandations au gouvernement pour venir au chevet des PME


Depuis hier, se tient le second forum sur la PME sénégalaise. Une rencontre qui a vu la présence du ministre du commerce, de la consommation, du secteur informel et des PME. Pour cette édition, il a été question de faire une table ronde autour des acteurs concernés pour le financement de ces PME qui constituent un pion essentiel pour le développement de l’économie. 

L’objectif est de voir avec ces PME quelles stratégies et voies prendre pour canaliser le panorama de ces entreprises et détecter d’abord les risques. Faire un recensement inclusif pour voir comment intervenir sur ces risques qui peuvent envahir ces entreprises pour ensuite procéder à un financement rapide et productif.

Cependant, il est important comme l’a bien précisé le directeur général de la BCEAO Ahmadou Al Amin  LO, de prendre en compte les attitudes des banques qui généralement sont assez méfiantes sur les risques que peuvent courir certaines entreprises. Il faudra alors faire une étude opérationnelle pour voir comment procéder au financement de ces PME.

Pour l’ADEPME et les autres acteurs, il s’agira de changer la structure des PME à l’horizon 2025 pour permettre d’établir la relation de confiance entre les bailleurs ou les acteurs financiers et aussi permettre aux uns et aux autres de travailler dans un écosystème approprié. C’est ce qui a été saisi notamment par le Fongip et le Fonsis et quelques représentants de la DER qui étaient présents au même titre que les Banques pour voir comment participer à l’accompagnement de ces PME.

Dans le financement massif, les attentes ne retrouvent pas forcément une solution directe mais comme l’a souligné le Directeur de l’agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises, Idrissa DIABIRA, il est temps que les PME puissent mobiliser des éléments pour permettre aux acteurs financiers d’intervenir, « cristalliser les relations bancaires pour se donner un cadre de développement des PME car, le gap est là et persiste. » 

Après avoir pris la parole, certains acteurs se sont appesantis sur l’appui que doit apporter l’État pour permettre aux PME d’atteindre le niveau visé. La question de l’accès aux marchés est aussi souligné tout  comme le rétablissement de la relation de confiance entre les PME et les acteurs financiers.

Le ministre du commerce Alioune Sarr, pour sa part, a manifesté son satisfecit sur la richesse des propositions pertinentes qui ont été émises au cours de cette table ronde. Il a aussi tenu à féliciter les banques et les fonds d’investissement présents.

Il estime nécessaire de mettre en place un document de synthèse des différentes recommandations retenues. 

Enfin, Alioune Sarr rassure les PME ainsi que tous les acteurs financiers sur le fait que le gouvernement sera à l’écoute et prendra toutes les initiatives pour avoir un climat favorable aux PME car, cela fait partie d’ailleurs des motivations du chef de l’État à travers cette phase 2 du PSE.

 


Vendredi 11 Janvier 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :