1er anniversaire « Thiès Ca Kanam »: Le candidat Pape Doumbia insuffle une nouvelle vision politique économique et sociale


Le mouvement « Thiès Ca Kanam » a soufflé sur sa première bougie, ce 1er Mars 2021. Il y a un an donc, « Thiès Ca Kanam » constitué de forces sociales de la ville lançait ses activités à l’occasion d’un grand rassemblement au terrain Jean Collin sis à Diakhao. Les riverains de cet espace mythique ne se souviennent plus d’une organisation ayant pu mobiliser autant de citoyens pour un lancement de ces activités. Ce large mouvement citoyen du président Pape Doumbia s'est mobilisé autour de son leader afin d'adopter une nouvelle démarche dans la politique de développement dans la cité du rail. Aussi de tirer des résultats concluants suite à la convergence des frustrations occasionnées par une démarche politicienne qui creuse de plus en plus le fossé entre les citoyens et la politique municipale. Ces forces sociales, armées de la volonté de chercher un autre mode de développement, se basent sur des principes tels que la solidarité, le respect des droits de l’homme, la formation, l'entrepreneuriat entre autres. Cette mobilisation citoyenne au sein de "Thiès Ca Kanam" résulte, en effet, de la prise de conscience de la situation insupportable de l’évolution de la politique municipale dont le seul résultat visible est l’accumulation des richesses d’un côté et l’accumulation de la misère d’un autre côté. La montée de la pauvreté et des inégalités et l’approfondissement des discriminations et des exclusions atteignent une croissance inexplicable au vu des énormes possibilités de nos communes. La création du mouvement "Thiès Ca Kanam" a redonné un souffle à l’idée qu’un autre monde est possible. Cela est perceptible dans la floraison d’idées et de propositions innovantes venant de ces membres partagées et concrétisées pour le bonheur des citoyens. Cela est aussi perceptible dans l’adhésion chaque jour plus massive et engagée des Thièssois. Cette capacité de proposition de notre mouvement, son ambition et sa mobilisation et la preuve attestent de nos capacités sociales, politiques, intellectuelles et citoyennes. Cela augure d’une alternative mettant le citoyen au début et à la fin de toute action de développement. Le mouvement "Thiès Ca Kanam" construit une alternative autour d’une ligne directrice, celle de réguler le développement à partir du respect des droits, des droits civils et politiques autant que des droits économiques, sociaux et culturels. La mobilisation des citoyens au sein de "Thiès Ca Kanam" est la première forme de mobilisation citoyenne pour le développement de la cité. En tenant compte de la spécificité des situations, il s’agit d’assurer le respect des droits économiques, sociaux et culturels en garantissant à tous l’égalité d’accès aux services collectifs de base. Ce qui implique la prise en compte de l’avis de chaque entité sociale. Notre mouvement a, chemin faisant, défini les principes nouveaux qui doivent fonder les politiques économiques et sociales : la lutte contre les discriminations à la croissance, la prise en compte des différences de situation ou des inégalités. La transformation sociale visée s’appuie donc sur la redistribution des richesses, l’implication directe des citoyens dans la politique municipale, le contrôle démocratique des instances de gestion, le respect des droits du citoyen. Car, en effet, le mouvement "Thiès Ca Kanam" a compris qu’une administration municipale, incapable de résoudre les problèmes que suscitent ses missions, est décadente.  Une administration municipale qui ferme les yeux sur ses insuffisances est atteinte. Une administration municipale qui ruse avec ses principes est moribonde. "Thiès Ca Kanam" est porteur d’une perspective qui est contraire à une représentation binaire et mortelle de guerres de positionnement et au mieux d’un modèle inefficace et impopulaire. Il ne peut que refuser la vision d’une administration uniformisée réfractaire aux innovations et faisant fi de la richesse culturelle, de la diversité de nos citoyens et de leurs aspirations, de la complexité des situations. Tout cela explique la place stratégique que le mouvement réserve à la santé, à l'éducation, à l’eau, à la formation et au chômage. Cette priorisation se manifeste déjà par de multiples actions dont : l'accompagnement des autorités académiques dans leurs activités, des travaux d’assainissement dans certaines écoles pour lutter contre les inondations, la dotation d’écoles en masques, gels, lavoirs pour faire face au Covid19, la formation diplômante de 300 jeunes filles aux métiers de l’hôtellerie, la capacitation des groupements de femmes à la transformation de produits locaux, la dotation de structures sanitaires en médicaments et en lits de consultation et d’hospitalisation, l’appui aux autorités municipales dans la lutte contre le Covid19, le creusage d’un puits avec pompe à eau dans un quartier non desservi par le système d’adduction, l’installation de points d’éclairage publics dans des quartiers périphériques, la réhabilitation d’une route abandonnée pour non praticabilité. Autant de réalisations, en un an d’existence, ne peuvent ne pas susciter de commérages et autres manifestations de surprise mêlées à de la jalousie; fruits d’incompétences et d’incapacités mais aussi résultantes d’inquiétude et d’ignorance. Seule une étroitesse d’esprit pourrait se poser la question quant au droit d’un mouvement citoyen de candidater à un poste électif (Maire, Député, Président de la République). Évidemment, une vue courte ne saurait comprendre que les politiciens entretiennent toujours ce débat afin d’écarter les citoyens qui ne sont pas dans un parti politique de postuler à ces postes. Seule une vue courte de ne saurait voir que le monde migre vers une logique consensuelle pour atteindre un développement intégral au lieu de rester dans une logique de parti, c'est-à-dire de division et de promotion de médiocres. Le mouvement "Thiès Ca Kanam" et son président Pape Doumbia, mettant en synergie des compétences et des expériences avérées dans plusieurs domaines, ont compris depuis longtemps que l’avenir est dans l’engagement individuel et collectif des citoyens pour relever ces défis majeurs qui résistent encore aux élus par défaut. 
Ensemble, nous y arriverons !!!
 
                                                                                                                                                                                                            Président du mouvement « Thiès Ca Kanam »
Jeudi 4 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :