11ème édition « Fuck up night » : Satisfaction pour le nouveau représentant de la fondation Naumann


11ème édition « Fuck up night » : Satisfaction pour le nouveau représentant de la fondation Naumann
La 11ème édition du « Fuck up night » a eu lieu hier au sein de la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté. Une manifestation qui rassemble plusieurs acteurs de la chaîne de l’entrepreneuriat à cœur de partager et de recueillir des avis sur la création d’entreprise.
 
En effet, les « FuckUp Night » sont des soirées autour de l'échec et du rebond entrepreneurial qui permettent à des entrepreneurs de raconter leurs expériences d'échec et de partager publiquement les leçons apprises. Il s'agit surtout d'ouvrir un espace de rencontre et de partage pour tous les curieux de l'entrepreneuriat à travers un temps de questions-réponses puis de networking.
 
Comme de coutume, 5 entrepreneurs ont partagé leur histoire. Il s’agissait de Djibril Bocoum, jeune entrepreneur social, Oumy Régina Sambou, ancien journaliste à Sud Fm, actuelle fondatrice de la plateforme « Africulturelle », Mor Lamotte, Logisticien, Marianne Ouattara, fondatrice de la marque FariFima et enfin Nicolas Etoyi, Fondateur d’Academy.
 
Une soirée riche en enseignements au vu des profils variés. Le Dr Jo Holden, promu nouveau Directeur du Bureau Régional de la Fondation Naumann a dit toute sa satisfaction de découvrir ce genre d’initiatives. « Fuck up Night »  correspond à notre ligne d’intervention ici au Sénégal, pour promouvoir l’entrepreneuriat qui doit aussi composer avec des échecs et on doit rassembler les gens pour voir ce que l’on peut améliorer », a-t-il dit. « C’est une forme de promotion où l’on apprend beaucoup. Et cela est très apprécié par les participants », s’est-il enthousiasmé.
 
 
Mme Ouattara, qui se plait dans la fabrication de produits cosmétiques après avoir partagé son expérience, a reconnu que les principales difficultés des entrepreneurs en Afrique sont surtout financières. Aussi a-t-elle recommandé de se rapprocher de diverses structures de financement qui aujourd’hui existent au Sénégal.
 
Vendredi 26 Avril 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :