​Prolifération des salons de beauté : les acteurs s’organisent pour assainir le métier





L’affaire sweet beauty qui a tenu en haleine le pays a réveillé les professionnels de la beauté et du bien-être à prendre leur responsabilité pour se réunir et assainir ce métier. Laureye Ndiaye Waraba après l’assemblée générale mettant l’association s’est attaquée au vrai problème du secteur victime d’usurpation. « Nous acteurs, nous avons décidé de nous réunir pour valoriser nos métiers et surtout l’assainir » fait-elle savoir.



A en croire la présidente de l’association des professionnels de la beauté et du bien-être au Sénégal, le moment est venu de corser « les conditions de l'ouverture de salon de coiffure et de beauté ».



Cependant, l’adhésion des acteurs dans l’association dit-elle « nous permettra de connaître les différents acteurs qui bénéficieront des formations au besoin pour relever le niveau des acteurs de la beauté. Nous comptons réglementer et assainir la formation et surtout réglementer le secteur ».



Sans préciser ni souligner l’affaire sweet beauty, la présidente de l’association souligne que « nous travaillerons avec les médecins pour délimiter les domaines de compétences des métiers de la beauté et de la médecine ».



Toutefois, l’association semble déterminée à redorer le blason de ce métier avec un assainissement large pour écarter les imposteurs et usurpateurs. C’est pourquoi, elles ont décidé de travailler en parfaite collégialité avec la direction de l’emploi, l'ADEPME, le ministère de la Culture, pour la formalisation des acteurs. Sans oublier le ministère du Commerce, la chambre de commerce.
Vendredi 14 Juillet 2023




Dans la même rubrique :