« Nous avons encore sauvé une année scolaire. Nous pensons que l’enjeu est maintenant de sauver l’école sénégalaise. » (Cheikh MBOW Cosydep)


L’année scolaire 2017/2018 tire vers sa fin, avec les examens prévus pour bientôt. Selon le coordonnateur de la COSYDEP, M. Cheikh MBOW « l’année scolaire est articulée autour de ce que nous appelons les 3D, le Démarrage de l’année, le Déroulement de l’année et enfin le Dénouement de l’année.Sur le Démarrage, nous notons des évolutions positives avec la campagne Ubbi Tey, Jang Tey qui a incité beaucoup d’écoles à fournir des efforts appréciables pour un démarrage effectif des cours dès les premiers jours de la rentrée.
Nous perdions un voire deux mois avant l’effectivité des cours après l’ouverture officielle des classes. Cette année, nous avons renforcé la campagne avec la Foire des Innovations en Education et Formation (FIEF), qui a été une belle opportunité d’échanges de connaissances et de bonnes pratiques mais aussi de solidarité entre élèves avec le stand troc et dons de matériels scolaires. 
Sur le Déroulement de l’année, nous constatons beaucoup de difficultés, notamment une crise de confiance aigüe entre les acteurs, particulièrement le gouvernement et les enseignants. Ceci a entrainé la longue crise scolaire et stressé tous les acteurs et partenaires. Sur le Dénouement de l’année scolaire, des couacs ont été enregistrés l’année dernière avec la fuite des épreuves au baccalauréat, au concours général, … ; ce qui est une responsabilité du niveau central. Il urge de réfléchir sur comment sécuriser nos examens, et davantage crédibiliser nos diplômes. L’enjeu dans le dénouement peut être circonscrit sous le prisme de trois facteurs. Il s’agit de créer un dispositif qui écoute, respecte et exploite les alertes des différents acteurs. Ensuite, aller vers une méta-évaluation du dispositif et des pratiques d’évaluation par un audit externe avec une attention sur tout le circuit : le choix des épreuves, la sélection, la sécurisation, la transmission et la correction. Enfin systématiser une évaluation interne, inclusive et participative de tout examen et concours en allant au-delà du baccalauréat. »
Et d’ajouter « Nous avons encore sauvé une année scolaire. Nous pensons que l’enjeu est maintenant de sauver l’école sénégalaise. »
Pour se faire la COSYDEP invite au respect des recommandations des Assises nationales sur l’éducation.
«Les recommandations des Assises sont la solution indiquée. On ne peut pas mettre plus de 500 millions FCfa de nos ressources, mobiliser des milliers de sénégalais et continuer à stagner. Une étude de perception réalisée par la COSYDEP a constaté que le niveau de mise en œuvre des recommandations est très faible avec moins de 20%. La méthodologie dans la mise en œuvre permettrait d’entretenir la flamme d’espoir et d’engager toutes les parties prenantes ; cette méthodologie est dans la onzième décision présidentielle. Nous demandons solennellement au Président de la République de veiller à la mise en place du Comité multi-acteurs de suivi des recommandations qu’il avait promis »
Mardi 19 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :