« Le Témoin »/ Commentaire : Fi Sabililahi !


« Le Témoin »/ Commentaire : Fi Sabililahi !
Nos pauvres oreilles et nos malheureux yeux ! Depuis samedi, on n’entend et ne voit plus que ça à travers les médias officiels.
Une très grande victoire pour notre président de la République, assurément : La France, à travers le président Macron, va offrir une contribution de 40 millions d’euros, 26 milliards de francs environ, pour sauver Saint-Louis de la montée des eaux dans la Langue de Barbarie mais aussi pour rénover le centre-ville de l’ancienne capitale de notre pays !
Vous avez bien lu : 26 milliards de francs cfa. Pour cela, toutes les populations de Saint-Louis — y compris vieillards et femmes d’âge mur — et de l’hinterland ont été mobilisées et transportées à bord de « Ndiaga Ndiaye » et autres moyens de transport pour chanter, danser, applaudir, faire des acrobaties. Le tout en brandissant des drapelets du Sénégal et, surtout, de l’ancienne puissance coloniale.
Après l’annonce de son homologue français, le président de la République lui-même n’avait pas de mots assez forts pour exprimer sa joie et ses remerciements à  son cher « Emmanuel ». Lequel, président quarantenaire pourtant et prétendant avoir jeté aux orties la « Françafrique », en fendant cette foule d’Africains heureux et hilares, ne se rendait pas compte, lui le  « Blanc » président de l’ancienne puissance coloniale, qu’il ne déparait pas avec ses prédécesseurs De Gaulle, Pompidou, Giscard, Chirac et Hollande ! D’ailleurs, un commentaire, images d’archives à l’appui, signé France 24, chaîne officielle hexagonale s’il en est, s’est plu à rappeler la similitude des accueils folkloriques et colorés réservés par les Africains à ces présidents de l’ancienne puissance coloniale. De ce point de vue, la rupture version Macron devra repasser. Quand à son homologue sénégalais Macky Sall, président né pourtant après les indépendances, il se comporte exactement comme ses devanciers de l’Empire devant les présidents français ! La même obséquiosité, le même émerveillement de gamin devant un spectacle fantastique, la même joie d’être complimenté par un président blanc, le même ravissement de pouvoir tutoyer un chef d’Etat français…
Autrement, a-t-on besoin de tout ce tintouin, toute cette mobilisation de Nègres heureux pour 26 malheureux milliards de francs cfa ? Pour l’année 2018, on nous dit que le Sénégal a un budget de 3709 milliards de francs. Il serait le plus important depuis 1960. Cette somme représente 150 fois à peu près cette aumône pour laquelle on a fait chanter et danser de vieux Saint-Louisiens. Mieux, ce Sénégal de l’Emergence dont on nous bassine  est en train de réaliser un Train Express régional (TER) d’un coût de 500 milliards de francs, et construit une autoroute Ila-Touba pour 400 milliards de francs. Il a achevé un aéroport présenté comme le plus moderne d’Afrique pour 400 milliards de francs, a réceptionné un centre de conférences international facturé à 50 milliards de francs, investi depuis 2012 environ 1300 milliards dans le secteur de l’Education. Mieux, il va décaisser 50 milliards de francs rien que pour la confection de cartes d’identité et d’électeurs numériques Un Sénégal aussi riche a-t-il besoin de tendre la sébile pour 26 milliards de francs ? Cherchez l’erreur !
Notre problème à nous, Africains, c’est de tendre la main à tort et à travers, y compris pour réaliser des choses que nous pouvons faire nous-mêmes. Mais, que voulez-vous, les vieilles habitudes ont la vie dure et la mendicité est, en quelque sorte, une seconde nature chez nous.
Le président ghanéen Nana Akufo Ado l’a dit : Nous ne devons pas compter sur l’étranger pour financer notre système éducatif. Avec beaucoup de perfidie, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a enfoncé le clou : « en 1959, mon pays, la Corée, avait un Pib inférieur à celui du Sénégal ». Près de 60 ans plus tard, la Corée du Sud rivalise avec les pays les plus riches du monde tandis que le Sénégal, lui, en est encore réduit à tendre la main pour 26 malheureux milliards de francs cfa !


« Le Témoin » quotidien
Mercredi 7 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :