« Il n'y a pas de couverture médiatique pour les compétitions de motocross. La faute revient aux journalistes » (Daouda Ngom, président club Sénégal moto verte).

Les sports mécaniques, notamment le motocross, est le parent pauvre au Sénégal, c'est du moins l'avis de Daouda Ngom le président du club Sénégal moto verte. Un coup de gueule lancé en marge de la conférence de presse organisée par les promoteurs du rallye Sanduro Yamaha.
Profitant de cette tribune, Mr Ngom de rejeter la faute sur les médias sénégalais qui, selon lui, ne portent aucun intérêt au motocross et autres sports mécaniques. Dès lors, il invite les journalistes à s'intéresser davantage à cette discipline encore méconnue du grand public...


Jeudi 25 Avril 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :