« Y en a marre de Y EN A MARRE est devenu un chant de rue » ( Par Gaston Mbengue)



Y en a marre de Y EN A MARRE ! C’est la réplique des citoyens sénégalais, jeunes et femmes, autorités civiles et politiques , personnalités morales et même religieuses contre ce groupuscule de personnes qui après avoir profité de la dynamique nationale qui s’est révolté contre Wade veulent présentement faire de chaque minute et de chaque heure un fonds de commerce.
 Y en a marre de Y EN A MARRE est devenu un chant de rue  de jeunes et des enfants contre ce déclinant groupuscule du même nom dont les animateur, orfèvre du faux et de la fourberie n’éprouvent du plaisir qu’à la vue de feu ou de fumée. Animé par des adultes encagoulés du faux manteau de rappeurs, inconnus dans aucun espace professionnel d’avant-garde, encore mois dans un mini studio même de production, ce groupe Y EN A MARRE dont les moyens financiers de communication et de mobilisation ne sont jamais clarifiés est devenu une congrégation de faux-types et de maîtres-chanteurs.
Ils falsifient les faits, altèrent la vérité, appliquent les instructions de commanditaires, trichent et se font aller à la facilité. Ça ne passe pas. La fausseté, l’inculture, la carence morale, l’absence d’éthique, de respect dû aux Institutions et la légéreté de verbe sur les faits qui concernent la République sont devenus leurs éléments identitaires qui certifient le danger qu’ils incarnent. Ils mentent, bernent, mystifient et abusent et deviennent des virus dans la société.
Si les citoyens sont d’ailleurs dédaigneux envers eux, c’est parce qu’ils en ont marre de leur Y EN A MARRE.
Le mensonge, la fausseté, l’imposture et la tartufferie de ces faux-types risquent de devenir un danger national. Des jeunes non informés de leur promenade de couloir dans certains lieux et services publics, de leurs rôles de marionnettes nourries par les cordes qui les tiennent, et de leur stratégie de chantage et de supercherie sont les cibles et les moyens d’expression.
Ils disparaissent pour ne réapparaitre toujours en veille d’enjeux électoraux pour faire de la paix publique et des Institutions de la République des objets de chantage. Mais ils trouveront sur leur chemin des citoyens lucides, résolument engagés à défendre la paix publique, la stabilité des Institutions et à leur barrer la route, eux égarés sociaux dont le seul métier est de conspirer et d’en récolter de petits dividendes. Le Sénégal est une République démocratique et le restera à jamais. Les matamores, les tartarins, et les tartuffes peinent et peineront toujours à l’infecter. Des Sénégal authentiques lucides, patriotes, républicains, unis et solidaires sont déjà débout ! Advienne que pourra ! 
Heureusement que le Sénégal est sur une historique et bonne orbite d’ailleurs, grâce à la vision du Elu conscient de son historicité et de l’intérêt national. Heureusement que le Sénégal ne dispose ni d’un Mobutu, ni d’un Amin Dada, mais de Macky Sall, jeune, policé et en phase avec son peuple. Heureusement qu’il a à ses côtés, avec lui et sous ses instructions un Premier Ministre homme d’Etat et homme politique d’un esprit vif, clairvoyant, averti et d’un sens de retenue si raffermis que les agissements des égarés ne l’ébranlent jamais !
Gaston Mbengue,
Président du Mouvement « Nangu dogalu yalla »
Vendredi 31 Mars 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :