"Wesh Tariq, t'as un CAP secrétariat ?" : le clash entre Booba et Tariq Ramadan sur le conflit israélo-palestinien


"Wesh Tariq, t'as un CAP secrétariat ?" : le clash entre Booba et Tariq Ramadan sur le conflit israélo-palestinien
Booba contre Tariq Ramadan. C'est l'affiche inédite d'un clash autour du conflit israélo-palestinien. Le rappeur a déclenché la colère de l'écrivain et islamologue en postant, samedi 12 juillet, sur Instagram, un message à "tous ceux qui croient aider la Palestine avec des post instagram Facebook".
Francetv info revient sur cette polémique en quatre actes.
Acte 1 : Booba dénonce l'hypocrisie des pro-palestiniens
Dans son message Instagram, Booba s'en prend à ceux qui postent, sur les réseaux sociaux, des messages de soutien à Gaza, touché par des frappes aériennes israéliennes. "Vous faites vraiment pitié, bande d'hypocrites. Pas d'politique ici. Si vous voulez aider allez sur le terrain bande de truffes ou sinon fermez là à jamais!!!", écrit l'artiste.
Acte 2 : Ramadan s'en prend à "Booba le courageux"
Tariq Ramadan lui répond quelques heures plus tard sur Facebook dans un message titré "BOOBA LE COURAGEUX, ET LA HONTE". "Grand courageux, en effet, Booba. Mais qui donc est hypocrite ? Ces fans ou lui-même qui affirme ne pas faire de politique en prenant la décision, très politique, non seulement de se taire sur ce massacre mais d'interdire que l'on soutienne les Palestiniens opprimés ? Hypocrite, en effet, et honteux", dénonce l'écrivain.
Acte 3 : Booba persiste et signe : "On arrête pas les chars avec la 3G"
La réplique de Booba ne s'est pas fait attendre. "Wesh Tarik t'as un C.A.P secrétariat ou quoi ? Tu déformes tout morray [mec] la médisance c'est pêché", balance le rappeur sur Instagram. Booba, qui se dit "ni pro Israélien, ni pro Palestinien", estime qu'"on arrête pas les chars avec la 3G".
"Soutenez tout c'que vous voulez mais faites le pour de vrai (...) Il fut un temps où les révolutions se faisaient dans la rue et pas caché derrière son ordi", développe-t-il, avant de conclure: "Si (...) Lire la suite sur Francetv info
Mardi 15 Juillet 2014




Dans la même rubrique :