Wade à Diamniadio aujourd’hui sous haute surveillance : La phobie sécuritaire s’empare de l’Etat-major. Le Président compte s’y rendre en hélicoptère


Wade à Diamniadio aujourd’hui sous haute surveillance : La phobie sécuritaire s’empare de l’Etat-major. Le Président compte s’y rendre en hélicoptère
La visite du Président Wade à Diamniadio ne s’annonce pas comme les autres. Cette fois, c’est un important dispositif sécuritaire qui précède le président de la République sur le site, qu’il devrait rallier par voie aérienne, selon des indiscrétions. Mille et une questions taraudent l’esprit des populations de Diam­niadio. Et pour cause, une forte présence des Forces de sécurité dans leur localité, depuis hier. En effet, il y a un important dispositif sécuritaire dans tous les coins et recoins de cette localité à la veille de la visite du chef de l’Etat sur les lieux.

Des hommes en tenue ou en civil fouinent un peu partout, jettent leur regard sur tout ce qui bouge. Et pour couronner le tout, durant toute la journée d’hier, nous signale-t-on, tous les services en charge de la sécurité de l’Etat n’ont cessé de défiler sur les lieux. On se demande dès lors, de quoi le pouvoir a-t-il peur ? Fanaye étant bien loin pour craindre des représailles de la population suite à ce qui s’y est passé, pour des litiges fonciers.

Cette question mérite d’autant plus d’être posée qu’il se dit que le président de la République compte rallier Diamniadio par la voie aérienne. Chose étonnante si l’on sait que Diamniadio est à peine à 32 km de Dakar.

Le Président compte rallier Diamniadio par hélicoptère
Pour l’heure, les interrogations ne manquent pas pour comprendre cette phobie sécuritaire. Soupçonne-t-on du côté du Palais, une mauvaise surprise ? Cela en a bien l’air. Car il s’agit ici aussi, de maisons construites sur des terres situées sur les routes de Diamniadio et de Sangalkam, ré­cemment secoués par des problèmes fonciers. Ce qui s’est passé à Fanaye avant-hier pourrait bien tirer l’affaire Malick Bâ de l’oubli. Une raison qui pourrait faire frémir.

Mais pour l’heure, c’est mystère et boule de gomme sur ce qui explique ce dispositif. Et ce n’est en tout cas pas le porte-parole du président de la République qui nous aidera à percer ce mystère. Joint par téléphone, Serigne Mbacké Ndiaye a promis de nous rappeler pour répondre à nos préoccupations, sans jamais le faire.

( Le Quotidien )
Vendredi 28 Octobre 2011




1.Posté par Tullius Detritus le 28/10/2011 18:01
On commence son règne en se promenant au volant de sa vieille Mercédes dans les rues de la capitale en saluant la foule pour aller chaque matin de son domicile au Palais. « Nos ennuis d'argent sont terminés » !

Plus tard, on traverse la capitale en cortège sursécurisé à 80 km/h, rencogné au fond de sa Mercédes aux vitres teintées à 150 millions (plus ?) suivie d'une ambulance au cas où.

Plus tard, pour le moindre déplacement on survole en hélicoptère la fange qu'on a créée, où grouillent les manants affamés.

On finit lynché, puis exécuté de trois balles par une bande de fous furieux armés qui s'égosillent aux cris de « Allah Akbar ».

Ça ne vous rappelle rien ?

2.Posté par boy bargny le 29/10/2011 00:35
Ce qui s'est passé à Fanaye est regrettable à plus d'un titre et nous le déplorons jusqu'à la dernière energie. Cependant nous risquons d'avoir la meme chose à Bargny. Cela risque d'être plus pire qu'à Fanaye.
L'Etat veut construire une centrale à charbon à Bargny et le projet est en gestation depuis 2009. Le site qui doit abriter la centrale avait déjà fait l'objet d'un lotissement par les soins de la commune de Bargny pour recaser les population victimes de l'avancée de la mer. En coulisse l'Etat a pris un décret pour réaffecter ces terres au projet de la centrale à charbon. L'Etat n'a pas encore pris le soin de rembourser ceux qui ont construit sur le site et encore moins dédommager les déguerpis à qui la commune avait déjà attribué des parcelles de terrain.
Donc nous attirons l'attention entière du chef de l'Etat pour le projet de la centrale de charbon si l'Etat ou le promoteur ne procède pas aux remboursements des impenses et aux dédommagements des propriétaires de parcelle de terrain BARGNY sera pire que FANAYE.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016