Voulant coûte que coûte dédouaner son client : La défense de Thione Seck fait fausse route


Voulant coûte que coûte dédouaner son client : La défense de Thione Seck fait fausse route
Depuis le déclenchement de l’affaire Thione Seck, les avocats de la défense ne cessent de balayer toutes les mises en cause dont leur client fait l'objet. Avec des arguments pas toujours pertinents. A en croire des spécialistes du droit, ces conseils font fausse route. Ils en veulent pour preuve les « sorties incontrôlées » ou la « maladresse » de certains avocats commis pour la défense du lead vocal du Raam Daam.  « Pourquoi ils ne veulent pas toujours aborder le fond du dossier », s’interroge-t-on dans les travées du palais de justice.

Des auxiliaires judiciaires se désolent du fait que la défense de Thione Seck se focalise sur le « complot », le « maraboutage » ou encore l’ « escroquerie ». Ces termes ont été employés plusieurs fois par l’avocat Me Ousmane Sèye, sans pour autant qu'un lien soit établi avec les faits qui sont à l'origine de l’arrestation de son client. Au contraire, il présente son client en victime, et distille quelques réflexions sarcastiques pour s'assurer un succès auprès de l’opinion.

Face à des charges qui pèsent sur lui, Thione Seck a choisi sa ligne de défense : nier en bloc. C'est en tout cas la stratégie que ses avocats mettent en œuvre, après chaque face-à-face avec le juge du 2e Cabinet. Même si l’on sait qu’ils ne diront jamais tout ce qui se passe dans le bureau du magistrat instructeur. Pour mieux se dédouaner, la défense de Ballago grossit la gravité des faits qui ont pu lui être reprochés. Toujours est-il que les conversations téléphoniques entre le musicien et son supposé complice ont fait le sel de l’affaire en éclairant les recoins les plus sombres de cette sarabande de billets de banque en fausses coupures.

Me Ousmane Sèye et Cie s'en prennent, par ailleurs, au journal New York Times, dont le seul tort est de consacrer plus d'une pleine page à cette information. Les avocats de Thione Seck parlent d’un article publié par le canard newyorkais qui « porterait atteinte à la présomption d'innocence » de leur client. Oubliant que dans ce dossier, d’autres personnes sont envoyées en prison au même titre que Ballago.  

Ils en profitent aussi pour reprocher au journal d'avoir traité une information concernant leur client, contribuant ainsi à ternir l’image de Thione Seck à l’étranger. Une affirmation qui ne tient pas la route...
Jeudi 2 Juillet 2015
Dakaractu




1.Posté par verite le 02/07/2015 12:50
je demande a la chambre d commerce de kaolack si le buraeu des feuilles de route de keur ayib lui appartient ou pas ! Monsieur serigne mboup doit faire une enquete secrete pour voir comment on vent les feuilles de routes a la frontiere parceque le siege ne donne plus a l'i,age de la chambre de commerce mais plus tot a un guichet de banque echange ya le wari,le jony jony ,les locations de matelas et autre .et on a separe le buraeu en 3 magasins qui ont donner comme location par mois et percu par le gerent.vrement il faut revoir ce qui ce passe exacte .je vs remerci

2.Posté par BARA le 02/07/2015 13:18
Même après ta sortie de prison il faut mettre les Etats unies au rouge et de plus jamais y mettre le pied

3.Posté par moi le 02/07/2015 18:15
On peut tromper le peuple pendant une partie du temps et non tout le temps.



Dans la même rubrique :