Vivement la fin du complexe du diplôme


Vivement la fin du complexe du diplôme
A la suite d’un article que j’ai lu sur Dakar actu écrit par un monsieur majestueux sur sa photo qui n’a pas oublié de nous rappeler son diplôme j’ai trouvé nécessaire de donner mon avis sur le débat concernant la candidature de Youssou Ndour qui semble aussi nous diviser autant que celle de Wade. Je ne peux m’empêcher de présenter toutes mes révérences au monsieur qui est "Diplômé en sciences politiques A PARIS".
Dans ce débat sur la candidature de Youssou Ndour il m’est souvent arrivé de voir des commentaires dont le style est certes courtois mais qui laissent penser que nous avons encore du chemin à parcourir pour entrevoir ou même apercevoir l’émergence. Pour l’essentiel ceux qui sont contre la candidature de Youssou parlent systématiquement de son niveau d’études. Pourtant cette candidature si elle devait être combattue aurait dû l’être par les fans qui seront sûrs que le chanteur, une fois élu, va les sevrer de tubes et concerts ou alors tout simplement par le citoyen lambda qui veut éviter des conflits d’intérêts car l’homme détient des affaires bien en vue. A la place c’est une sanction qu’on brandit pour quelqu’un dont le tort c’est de ne pas être diplômé. A vrai dire une étude psychologique s’avère nécessaire chez nous autres qui avons eu la chance de justifier d’un niveau d’étude par un document. Je dois rappeler que des personnes sont régulièrement prises en flagrant délit de tricherie à l’université chaque année pour justement obtenir ce fameux sésame. En même temps il est hasardeux et prétentieux que de penser que tous les cas de tricherie sont décelés. Ce rappel est pour tempérer l’ardeur des « diplômophiles ». J’ai parfois le sentiment que ceux qui ont fait une carrière académique sont coincés. L'école est sensée donnée cette flexibilité de l'esprit nécessaire pour s'adapter aux différentes situations (difficiles) imprévues qui s'imposent à nous. A l’épreuve des faits il semble qu’il en est autrement. Mieux, le culte du diplôme que nous avons hérité de la France nous interdit même tout dialogue avec une personne dés lors qu'on a appris que ses études se sont arrêtées à tel niveau qu'on juge bas par rapport au sien, à la place, dans une posture condescendante, on se plait mieux dans sa position de donneur de leçons. Cet état d'esprit devrait être dépassé au plus vite car les exigences de développement feront que le raisonnement donnera un début de respectabilité de l’homme et la capacité prouvée déterminera qui dans la société aura droit à la parole. Des exemples font profusion dans le monde avec un Lula Dasylva du Brésil ouvrier syndicaliste, un Ronald Reagan cowboy au cinéma et d’autres qui ont marqué leur passage à la tête de leur pays respectif mais dont les hauts faits universitaires ne feront jamais débat. La raison est bien simple, n’en déplaise à nous autres, Youssou a raison de dire qu’il n’existe aucune école où on enseigne la présidence et que par conséquent ce n’est pas un métier mais une fonction. Une fonction dont la spécificité est que le titulaire dirige un état qui est constitué par un ensemble de structures avec des procédures claires et des compétences avérées qu’il s’agira, pour un président qui est à sa place, de manager. Nous avons au Sénégal et ailleurs en Afrique la preuve par certains dirigeants que la clé de la réussite d’un état ou d’une structure n’est pas forcément à la porte de l’université. Un travail technique demande des connaissances souvent acquises à l’université ou dans les écoles supérieures mais diriger un état demande d’abord et avant tout un esprit de leadership, un sens de l’éthique, une volonté de faire avancer les choses trouvées sur place, un désintéressement par rapport aux deniers publics, un esprit de relation, un esprit ouvert aux réalités contemporaines. Un président a besoin aussi du sens des initiatives, la liste n’est pas exhaustive. Il serait bien intéressant de préciser à ceux qui veulent diriger sans diplôme, les écoles qui dispensent des cours pour obtenir ces qualités.
Il est évident qu’en raison de la sensibilité de la fonction présidentielle il lui faut un maximum de protection pour éviter des répercussions négatives sur la marche du pays. En cela un ancien très bon élève et excellent étudiant au profil académique enviable ferait certainement l’affaire. Néanmoins ceci ne saurait constituer une condition nécessaire, encore moins suffisante. Par rapport à tous ces éléments il est curieux de voir des gens continuer à préférer chercher leur dirigeant chez les agrégés et professeurs tout en snobant ceux qui ne disposent pas de ces niveaux mais qui réalisent des choses auxquelles les premiers n’ont jamais pensé s’ils ne les trouvaient pas simplement chimériques. La fonction de musicien n’est devenue respectable dans ce pays que par l’œuvre de Youssou Ndour en même temps que ce monsieur est mieux placé que les expatriés établis en Europe ou ailleurs pour porter le message vers les jeunes désemparés du Sénégal et de l’Afrique qui sera : la réalisation d’une vie digne, normale est possible sur place pourvu qu’ils y croient et qu’ils s’en donnent les moyens. Je crois savoir que Youssou Ndour ne gère aucune de ses affaires et que ce sont des diplômés qui le font à sa place et il a un œil sur ses affaires et qu’elles marchent assez bien. C’est un signe de leadership et de capacité managériale. Dans un état il ne sera jamais question pour celui qui l’incarne au plus haut niveau de tout faire, de réfléchir sur tout, de décider seul de tout. Le Sénégal peut dans ce domaine enseigné à toute l’humanité le risque que présente un tel système de même que les problèmes qu’il charrie.
En âme et conscience je ne pense pas que Youssou puisse remporter ce scrutin par son manque d’appareil politique simplement. L’histoire du pays montre le caractère déterminant du parti dans la balance électorale. Cependant le mérite du monsieur aura été d’avoir créé cet électrochoc salutaire pour ôter de l’esprit des citoyens l’idée d’un président au CV kilométrique, bavard même s’il parle un français académique, omniprésent dans toutes les réunions du monde mais qui ne saura ni faire de bons choix d’investissement ni de bons choix d’hommes. J’ai entendu quelqu’un de très haut niveau, Mamadou Lamine Diallo de Teeki dire qu’un génie se reconnait à son entourage. Je l’ai trouvé très pertinent.
Djibril Diaw
diawdjibril@hotmail.com
Mercredi 11 Janvier 2012
Djibril Diaw




1.Posté par youkhou le 11/01/2012 18:38
wakho fi dara. Un pays n'est pas une entreprise.

2.Posté par wathever le 11/01/2012 20:04
Alors pourquoi cherche-t-il des références? Reagan , Martelli, etc Le premier a eu deux fois un bac plus 4 et le second a au moins un bac plus 3 meme s'il est chanteur.
Les entreprises du monde sont fait d'investissseurs et des gestionnaires. demandez a ses employés si cela ne *marchait pas mieux lorsqu'il n'était pas PDG. Les actionnaires de la sonatel ne sont pas forcément des diplomés mais ceux qui menent le succes oui! A votre avis c'est quoi la diférence entre Elhadj Diouf et ferdinand Coly? J'adore diouf mais quandil voudra être président j'attends que vous teniez le même discours.
Il y a les diplomes , les dons et les aptitudes, Si ce gars avait les capacités d'apprendre il saurait lire correctement depuis qu'il a les moyens de se payer un répétiteur! Mais bon vous avez le droit de lui faire avaler n'importe quoi vu que vous savez exactement ce qu'il en ait mais cela vous arrange de le tromper.
Massa Youssou, de devoir agir selon des dessins inavoués

3.Posté par warou le 11/01/2012 22:43
Il est marrant Djibril Diaw.
Ce n'est pas parce que j'ai reussi dans la vente de cassettes, la location de baches et de chaises, le collage d'affiches, la distribution de flyers, la securité, que j'ai créé des emplois, que j'ai créé un empire dans le monde du spectacle que je suis capable du jour au lendemain d'être une STAR DE LA CHANSON, sans rien connaitre du chant, des instruments, sans avoir de voix, sans prendre de cours de chant, sans jamais avoir été choriste, etc.

Débile mon argumentation ?

Aussi loufoque que les arguments bidons de You et de ses supporters.

Ce pays est tellement en pertes de valeurs, en déficit d'éducation, en manque de modèles qu'on ne peut même pas imaginer la candidature d'un chanteur. Quel mauvais signal définitif donnons nous à nos enfants.
"Oui n'étudiez pas. Ne pensez qu'à l'argent vite acquis et depensé dans des foutaises. Habillez vous n'importe comment. Continuer à prendre tous ces gens bruyants sans talent (danseuse, lutteurs, chanteurs, animateurs) comme des stars et vos modèles de reussite. Oui c'est ça la voie à suivre. Regardez : la plus grande star veut meme devenir président. "

Ce pays est presque foutu.

4.Posté par diop le 11/01/2012 23:48
Il faut comparaître ce qui comparable. Comparaître le cas de youssou n'dour avec celui de Reagan de Lulla, c'est du n'importe. Monsieur devrait aller surfer sur net et voir l'histoire de ces personnes (Reagan , Lula), toutes ces personnes avaient des baguages intellectuels pour être chef d'Etat. Pour diriger un pays il faut avoir les bagages pour pouvoir discuter et échanger avec ceux que tu diriges tes partenaires etc.... Ce n'est pas parce que Youssou a créer une entreprise qu'il peut diriger un pays.Je le site "si je deviens président, les sénégalais vont manger des cailloux", youssou a parfaitement raison.

5.Posté par LAYE le 12/01/2012 05:16
Slt diop je pense que tu veux plutot utiliser le verbe comparer à la place de comparaitre . Amicalement

6.Posté par TRISTAN le 12/01/2012 10:09
Complètement d'accord avec les réactions des uns et des autres, et je crois que Monsieur DIAW s'est trompé de bonne foi. Qui ose dire qu'il n'adore pas You tout en écoutant sa musique. Cet homme ne laisse personne indifférent. De là à penser qu'il pourra nous gouverner, non je ne l'accepte pas.
Et pour cause: il sera à la merci de ses conseillers et de nos partenaires. On peut tout reprocher à Wade sauf sa capacité à s'imposer à l'extérieur. parce que le monde est ainsi fait.
Les relations internationales sont pitoyables et les Etats ne sont amis que devant les caméras. Si l'on sait qu'il des niveaux de négociations internationales où un chef d'Etat est obligé d'intervenir.lui-mm.
La désacralisation de l'école, du savoir au profit de l'argent et du pouvoir devra disparaître dans ce pays. Je suis désolé, ce sont pas les lutteurs, les danseurs, les chanteurs, les footballeurs qui sauveront le Sénégal. Déjà, à quelque exception près, ils ne savent que faire avec leur argent. Que YOU s'engage pour le destin de sa patrie, oui, vivement oui. Qu'il veuille nous gouverner, que Dieu nous en garde.

7.Posté par VIEILLESSE le 12/01/2012 18:08
Ne répondez pas à l'auteur de l'article qui n'est rien d'autre que parmi les vendus.
Il n'a rien compris, à mon avis.

Youssou ne mérite même un petit poste de maire d'arrondissement.
Svp aller sur la page du mouvement citoyen et cliquez sur j'aime.
Et particpez aux débats de fonds chers amis.
Merci

MRLD (Dr. Abdourahmane Sarr)

http://www.facebook.com/mrldsenegal

8.Posté par Lerato Moleketi le 13/01/2012 02:05
Etudiez, travaillez, apprenez! seul la connaissance vous ouvrirait des portes..Ne vous fiez guere de l'argent, cest un bon servant mais un mauvais maitre!! Jeunessse du monde, Jeunesse Senegalaise..l'education reste toujours la porte des connaissances..Alors..ne quittez pas les bancs..bechez, cherchez , renforcez vos connaissances..prenez reference sur les grands hommes: Amadou Mactar Mbow, Barack Obama, Cheikh Anta Diop, et tant d'autres hommes de valeur et de prestige..Travaillez, prenez la peine d'etudier...

9.Posté par L'auteur le 13/01/2012 10:54
Je me réjouis d'avoir suscité ce débat car ce fut un des objectifs recherchés. D'abord aux insulteurs qui semblent faire l'apologie de l'école je pense qu'ils ne font pas honneurs à l'école sénégalaise et à leurs enseignants de par les fautes relevées sur ces textes et sur la preuve fournie que vous avez lu de travers mon texte ou à l'envers et que par conséquent le problème posé n'est même pas perçu. Je ne pense pas avoir dit une seule fois que je vote Youssou Ndour tout comme je crois avoir dit clairement dans le dernier paragraphe que "je ne pense pas que Youssou pourrait remporter ce scrutin". En d'autre terme je suis à peu prés sûr qu'il ne sera pas notre prochain président. En outre je ne vois pas dans quelle partie du tyexte j'ai mené campagne pour le chanteur qui puisse me valoir cette étiquette partisane. Vous ne me connaissez pas mais aussi surprenant que cela puisse paraitre j'ai été grand mélomane pendant mes années d'étudiant et de célibataire mais je n'ai jamais acheté de K7 de You ni son disque et son seul concert auquel j'ai assisté en partie fut celui offert lors du meeting d'athlétisme en 2010 au stade Senghor. Donc ce texte parle plutôt de cet ostracisme dont fait l'objet youssou dés lors qu'il se dit candidat . Un vrai intello ne doit pas avoir peur du débat et ne doit emettre de jugement sur les capacités des uns et autres que sur la base d'éléments défendables. Mais restreindre la dignité de président au champ des diplômés induit une exigence auprés de ces derniers de prouver leur caractère indispensable. Dr Alioune Sow ministre a introduit un projet de loi pas pour une efficacité de l'administration et des performances économiques mais pour casser des opposants. on préte aux Wade de vouloir faire une OPA sur le Sénégal . Ceux là sont des diplomés. Ce sont ces mêmes diplomés qui ont cassé un autre diplomé sénégalais nommé Bara Tall qui employait beaucoup de diplomés qui sont au chomage aujourd'hui. Alors s'il s'agit de donner des leçons c'est bien mais il faut en être capable et en donner les preuves. Ce problème est réel au Sénégal car on est encore obsolète au plan des pensées.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016