Visite surprise de Jean-Yves Le Drian au Mali

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a effectué jeudi une visite surprise dans le nord du Mali pour encourager les troupes engagées dans l'opération Serval.
"En délogeant les djihadistes de leurs derniers bastions, vous êtes les têtes de pont de cette guerre sans répit que la France a décidé de livrer contre les groupes terroristes qui sévissent encore au Mali", a dit le ministre aux militaires français sur l'aéroport de Tessalit.


Visite surprise de Jean-Yves Le Drian au Mali
"Sur vous, ainsi que sur nos frères d'armes tchadiens, dont je sais les souffrances et dont je salue le grand courage, repose désormais une grande part du succès de l'opération Serval", a-t-il ajouté.
Jean-Yves Le Drian s'était auparavant rendu dans la vallée de l'Amettetaï, au cœur du massif des Ifoghas, sanctuaire des djihadistes, où de rudes combats viennent d'être menés.
Le ministre a rendu hommage aux quatre militaires français morts au Mali depuis le début de l'opération Serval, il y a près de deux mois.
Les troupes françaises commenceront à se retirer du Mali à partir d'avril, a déclaré jeudi le ministre français des Affaires étrangères.
"A partir d'avril, il y aura un début de décroissance des troupes", a dit Laurent Fabius sur RTL, confirmant les propos tenus la veille par François Hollande.
"Cela ne veut pas dire que l'on va partir du jour au lendemain", a ajouté le chef de la diplomatie française. "Nous avons dit depuis le début que nous n'avions pas vocation à rester éternellement au Mali."
Le "ratissage" de la barre des Ifoghas sera terminé "dans quelques semaines", et certains soldats commenceront alors à quitter le pays, a dit Laurent Fabius.
L'opération Serval mobilise 4.000 soldats français sur le terrain.
François Hollande a fait état mercredi de la mort de "chefs terroristes", une information confirmée par Laurent Fabius.
"Nous savons qu'il y a pas mal de chefs parmi les plusieurs centaines de terroristes qui ont été tués dans toute cette opération", a dit le ministre des Affaires étrangères.
Il a ajouté ne pas être encore en mesure de confirmer que parmi ces chefs figuraient les chefs djihadistes Mokhtar Belmokhtar et Abou Zeïd, dont la mort a été annoncée par les autorités tchadiennes.
"Pour l'identité des deux ou trois chefs qui ont été cités, il faut faire des vérifications précises avec l'ADN, et c'est ce que les services de l'armée sont en train de faire", a dit Laurent Fabius. "Normalement, ça devrait être assez rapide."
 
Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse
PARIS (Reuters) 
Jeudi 7 Mars 2013




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016