Visite à son ancienne ASC : Alioune Sarr offre 500 000 francs à Wally Daan


Humble, le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, l'est. Pour le prouver, Alioune Sarr est retourné à la Cité Lamy où il a fait une partie de son enfance. Non pas dans le cadre de ses activités politiques, mais pour rendre à ce quartier ce "qu'il m'a donné". Mais qui dit Cité Lamy, dit forcément l'association sportive et culturelle "Wally Daan". Justement, il a eu droit à un accueil chaleureux de la part des responsables de ce club de navétanes. Ils ont bien apprécié l'humilité du ministre qui selon l'ancien président du club, "est le premier ministre à avoir mis les pieds dans notre quartier". "Vous nous avez fait honneur et nous vous rendrons la monnaie de votre pièce", a poursuivi Pape Diop. 
Seulement, pour Alioune Sarr, sa présence à Cité Lamy est à mettre dans l'ordre normal des choses. "Si je suis ce que je suis aujourd'hui, c'est en partie grâce à l'Asc Waaly Daan", a témoigné le ministre. Qui mettra la main à la poche pour rendre à ce quartier et à son ASC tout le service qu'ils lui ont rendu. En clair, il a offert la somme de 500 000 francs FCFA à Wally Daan. 
Comme si cela ne suffisait pas, le ministre du commerce a promis à l'ASC aux 50 coupes toutes compétitions confondues un magasin témoin. "Trouvez un local et je ferai le reste dans de très brefs délais", a assuré Alioune Sarr. 
En outre, le ministre du commerce est revenu sur la formation qu'il a reçue lors de son passage dans le mouvement navétane thiessois. Il fera savoir à ce propos que le code sportif "t'apprend à être fair play". Un sujet qui va le mener à rappeler que "je ne verserai jamais dans une certain façon de faire de la politique". "En politique, l'adversité doit être saine. Il ne sert à rien d'invectiver ses adversaires. Il faut savoir perdre dans la dignité", enseigne le ministre.
Lors de cette rencontre, Alioune Sarr a impressionné plus d'un. Et pour cause, il a interrompu les prises de parole pour...rallier la mosquée. Le muezzin venait de rappeler l'heure de la prière. Lorsqu'il est entré dans la maison de culte, le ministre a du prendre le train en marche pour ne pas dire qu'il avait raté deux "rakkas" de la prière de TISBAR. "Quand au salut final de l'Imam, le ministre s'est relevé pour compléter ses deux rakkas, j'ai compris qu'il n'est pas un ministre comme les autres", s'est réjoui le fils d'El Hadji Ndiassé Mbaye. C'est dire... 1W9A9453-BorderMaker 1W9A9457-BorderMaker 1W9A9465-BorderMaker 1W9A9467-BorderMaker 1W9A9469-BorderMaker 1W9A9471-BorderMaker 1W9A9473-BorderMaker 1W9A9478-BorderMaker 1W9A9480-BorderMaker 1W9A9482-BorderMaker 1W9A9483-BorderMaker 1W9A9486-BorderMaker 1W9A9490-BorderMaker 1W9A9501-BorderMaker 1W9A9502-BorderMaker 1W9A9504-BorderMaker 1W9A9511-BorderMaker 1W9A9528-BorderMaker 1W9A9532-BorderMaker 1W9A9534-BorderMaker
Samedi 3 Juin 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :