Visite Cazeneuve – PACT « La France pourrait s’inspirer de l’expérience sénégalaise en résilience communautaire au terrorisme » selon Bakary Sambe


Ayant toujours appelé à compléter les dispositifs sécuritaires et répressifs par « un arsenal inclusif de prévention en amont », Bakary Sambe pense que « verser dans le  tout-sécuritaire peut avoir, dans les deux pays, des retombées non souhaitables et priverait le nôtre de leviers de médiation et de résilience à la base que sont les communautés religieuses dans toute leur diversité ». Selon Dr. Sambe, « ces dernières jouent un rôle de paravent au Sénégal et, révèle l’enseignant-chercheur, beaucoup de mouvements islamiques ont, de par le passé, plusieurs fois dissuadé de nombreux jeunes de rejoindre des fronts djihadistes comme la Libye ou la Syrie».

 

Selon le spécialiste sénégalais de l’extrémisme violent, directeur de Timbuktu Institute qui lance son dernier rapport sur les facteurs de radicalisation des jeunes et leur perception du terrorisme, cet après-midi, « il serait bon que cette coopération dans la cadre du PACT basée sur un partenariat, certes stratégique et pertinent, mutualise les acquis et que chaque partie agisse sur sa valeur ajoutée : la France pour les mesures sécuritaires, le Sénégal sur ses capacités de maintien d’un dialogue inclusif et d’un cadre apaisé de construction de résiliences communautaires mobilisant les acteurs religieux et traditionnels ».

 

Interrogé par notre rédaction sur les enjeux de la récente visite du ministre français de l’Intérieur au Sénégal, Bernard Cazeneuve, le Directeur de Timbuktu Institute estime que ce partenariat à travers le PACT « n’aurait toute sa pertinence que dans le cadre d’un renforcement mutuel des capacités et une valorisation des acquis de l’une et de l’autre parties ».

 

Pour le coordonnateur de l’Observatoire des Radicalismes et conflits religieux en Afrique, « de la même manière que le Sénégal pourrait bénéficier des capacités de l’Hexagone en matière de renseignement et d’anticipation, la France devrait apprendre du Sénégal en matière de renforcement des résiliences communautaires même si le cadre institutionnel français n’a pas encore beaucoup facilité une interaction régulière et constructive avec les communautés religieuses sur des sujets représentant un enjeu majeur de cohésion nationale ».

 

« Notre Institut, souligne Sambe, eu à accueillir, au Sénégal, un groupe de jeunes français de toutes confessions juste après les attentats de Nice et dont le principal souci était de voir comment s’inspirer du modèle sénégalais du vivre ensemble. Après les avoir accompagnés, à travers le pays, à la rencontre de leurs homologues étudiants sénégalais, cela m’a beaucoup conforté sur les initiatives lancées par Timbuktu Institute dans le sens de la prévention par le dialogue inclusif et continu avec les communautés et leaders religieux, surtout dans le cadre du Projet Educating for Peace », conclut Bakary Sambe qui nourrit, par ailleurs, beaucoup d’espoir dans « la nouvelle dynamique préconisée par le PACT visant à inclure une dimension d’intervention sociale et de construction de contre-discours en direction des jeunes en proie à l’endoctrinement mais surtout des efforts en faveur d’une meilleure intégration socio- économique de cette couche vulnérable ».

 
Lundi 10 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :