Viol d'une élève: l'instituteur risque cinq ans ferme

Le tribunal des flagrants délits de Dakar a mis en délibéré au mercredi 27 une affaire de viol d'une élève en classe de sixième impliquant un enseignant qui risque ainsi une peine de 5 ans de prison.


Viol d'une élève: l'instituteur risque cinq ans ferme
Le lundi 28 janvier dernier, à la fin des cours l’élève, âgée de 14 ans, quitte son collège pour rejoindre un instituteur dans une école primaire à côté prétextant y récupérer quelque chose. 
 
Elle sortira en pleurs de la salle où se trouvait l’instituteur. Interpellée en cours de route par une vieille dame, l’élève avouera avoir été violée dans la classe par l’enseignant. 
 
Le certificat médical fait état des traces de sperme sur le slip de la victime. C’est ainsi que l’instituteur en question a été mis sous mandat de dépôt pour viol et pédophilie, son collègue qui se trouvait dans la cour est également poursuivi pour complicité. A la barre, les deux prévenus ont nié les faits. 
 
Devant le tribunal, la victime a affirmé : ‘’Il a refermé la porte et a enlevé ma jupe avant de doigter’’. ‘’J’ai voulu m’enfuir il m’a pris par la main avant de me prendre par derrière pour frotter son sexe sur mon anus’’ a –t- elle ajouté. 
 
‘’C’est en rentrant qu’une dame m’a vue en sanglots avant de poser des questions. Et delà, on m’a conduit à la police puis à l’hôpital’’ a expliqué la victime, ajoutant que l’enseignant a demandé à son collègue ‘’de surveiller la porte’’.
 
‘’Tout cela me surprend, elle a tout inventé. Elle a l’habitude de venir dans ma classe amener ou récupérer son petit frère qui est dans ma classe de CI’’, a répondu le principal prévenu dans cette affaire.
 
Il a expliqué : ‘’C’était vers 17 h, comme on s’était familiarisé, je lui parlais de la maladie de mon père et brusquement elle a changé de comportement et est sortie de la classe sans même me dire au revoir’’.
 
Son collègue explique sa présence sur les lieux parce qu’il attendait que ses élèves finissent de balayer ‘’la cour pour commencer les cours de renforcement’’. ‘’Je n’ai pas vu la fille entrer, j’ai seulement vu que la porte de mon collègue était fermée’’ a-t-il ajouté. 
 
Pour l’avocat de la partie civile, ‘’les faits sont constants car la fille ce jour-là est venue dans la classe et en est sortie en sanglots’’. ‘’Le certificat médical a également parlé de traces de sperme’’ a-t-il souligné avant de réclamer un million de francs CFA de dommages et intérêts.
 
Le procureur dans ses réquisitions a affirmé que malgré les dénégations du prévenu ‘’il ya une certitude, la fille était toute en pleurs juste après les faits et le certificat médical a révélé des traces de sperme sur son slip’’. 
 
Concernant le complice, le ministère public a estimé que ‘’on ne peut dire qu’au moment où la fille entrait dans la classe, son rôle était d’aider l’autre à assouvir son désir sexuel même si son attitude parait équivoque’’. 
 
Il y a le doute qui peut lui être favorable, a dit le procureur qui, par contre, a requis cinq ans ferme pour le prévenu principal. 
 
Pour l’avocat du présumé complice, Me Aboubakry Barro, ‘’aucun élément, aucune preuve ne montre qu’il était devant la porte pour surveiller les éventuels venants’’. ‘’Il n y a pas matière à entrer en voie de condamnation’’ a également déclaré Me Khassimou Touré qui a plaidé la relaxe de leur client.
 
L’avocat du prévenu principal a déclaré que son client ‘’est surpris et étonné’’ par les faits au point de ne pouvoir pas ‘’s’expliquer’’. ‘’Il est étranger à ces faits’’,, a soutenu souligné Me Boubacar Dramé devant le tribunal. 
 
‘’Le certificat médical montre qu’il n y a pas de déchirure ou de lésion donc il n y pas de conjonction sexuelle’’ a-t-il ajouté avant de demander la relaxe pure et simple.

APS




Vendredi 22 Février 2013
Notez


1.Posté par matt le 23/02/2013 19:49
ces malades enseignants en tole way!!!!!!!!



Dans la même rubrique :