Vieux Mac Faye, Artiste-compositeur : « Si ce n’était Ebola et l’emprise du Mbala ax… »


Le greffier et non moins ténor du Jazz ne s’arrête pas à ses compositions musicales. Vieux Mac Faye, artiste-compositeur, dévoile aux yeux des Sénégalais ses qualités de producteur cinématographique avec le téléfilm « Rirou tribunal » qui cartonne sur le petit écran. 
L’éternel Jazzman, freiné dans son envol par l’épidémie d’Ebola qui a cloué sa participation au festival D’Assilah, au Maroc, impute l’échec du son local à la prédominance du Mbalaax. Dans sa participation avortée au festival marocain, l’artiste a perdu dans l'affaire pas moins de 8 billets d’avion, sans compter les frais de séjour au royaume chérifien. Le Sénégal, alors sous le joug du virus Ebola, fera le deuil du festival au détriment des représentants du genre local qui avaient misé gros sur cette date. 
Pour Vieux Mac Faye, les pertes sont immenses, pas moins de 10 millions pour les billets d’avion et réservations à l’eau. Aujourd’hui ruminant sa colère, l’artiste reste calme et estime que c’est une étape de maturation de la musique Sénégalaise. Epinglé sur le sujet, et mis à contribution dans le débat qui secoue l’actualité musicale, le jazzman pointera du doigt la prédominance du Mbalaax dans notre univers musical pour dire que le frein essentiel de notre explosion artistique est constitué par le Mbalaax. Sans fard et ne faisant aucune concession au Roi du Mbalaax qu’il indexe comme étant à l’origine de ce rabaissement de nos valeurs artistiques, Vieux Mac Faye se projette dans les nouvelles valeurs et pense que le mal du Mbalaax ne pourrait perdurer. L’artiste qui tient en haleine les férus du Jazz chaque week-end, compte au-delà des coups d’éclat, imposer un genre qui fera tilt dans le milieu musical...

people.sn
Mardi 26 Janvier 2016
Dakaractu




1.Posté par Olief le 26/01/2016 21:54
Vieux fais ton jazz et laisse les autres faire ce qu'ils veulent . C tout ! A force de parler du mbalax , tu te ridiculises ...

2.Posté par Dof Diop le 29/01/2016 10:04
Et bizarrement il en fait aussi. Comble du paradoxe.



Dans la même rubrique :