DAKARACTU.COM

Vers le clash Macky/Idy ?


Vers le clash Macky/Idy ?
DAKARACTU.COM   En dépit des apparences et notamment la reconduction des ministres "Rewmistes" dans le deuxième gouvernement de l'ère Macky, nos sources s'accordent à dire que "les relations ne sont plus au beau fixe entre Idy et Macky". Quid des raisons ? Il nous revient, de recoupements en recoupements, que "tous les signaux portent à croire que l'on s'achemine vers un clash entre Idrissa Seck et Macky Sall". Pour preuve, nos sources brandissent le fait que Macky déleste, contre toute attente, Oumar Guèye du portefeuille de la Restructuration et de l'Aménagement des zones d'inondations "confié à M. Khadim Diop", lors du dernier réaménagement gouvernemental. Or, ce département devait, selon nos sources, revenir au ministre "rewmiste" Oumar Guèye. Aux yeux de nos informateurs, il s'agit "d'un signal fort" lancé à Idrissa Seck, après qu'il ait  déclaré, lors de la fête de Tabaski: "aujourd’hui, force est de constater qu’après six mois d’exercice du pouvoir, qu’il n’y a pas d’avancée significative. Six mois c’est peut-être encore trop tôt pour faire un bilan. Le président est élu cinq afin de régler les problèmes les plus urgents à savoir le chômage des jeunes, la baisse des denrées de premières nécessités, le règlement du conflit de la crise casamançaise entre autres." Une déclaration, qui n'a pas plu, selon nos sources, à celui qui préside aux destinées du Sénégal, mais aussi et surtout à ses ouailles de l'APR, qui ont qualifié cette sortie de "bravade". D'ailleurs, certains caciques du parti au pouvoir n'ont pas hésité à monter au créneau pour "remonter les bretelles" au "Rewmiste" en chef, en l'occurrence Idrissa Seck. En effet, l'un d'eux, nous voulons nommer le député de l'APR, Seydina Fall qui a récemment accordé une interview pour laisser entendre: "Personnellement, j’ai de sérieuses réserves par rapport à la bonne foi d’Idrissa Seck. Je suis désolé, mais cet homme ne m’inspire pas confiance. Il est clair qu’il ne terminera pas le premier mandat avec nous et ses méthodes peuvent s’avérer singulièrement viles. Mais, pour le moment, la première erreur que Macky Sall devra éviter c’est de ne pas être informé que le carreau du sucre est vendu à dix francs. L’entourage du Président, les membres de l’Apr surtout, doivent être vigilants (...)". Une sortie, qui "est loin d'être fortuite", selon bon nombre d'observateurs avertis.  « La coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) va imploser incessamment », telle est la conviction de Modou Diagne Fada. Ce dernier, invité de l’émission "Point de vue", sur la RTS1, estime que les responsables de cette coalition ont terminé leur mission : faire partir Me Wade. L’ancien ministre de la Santé prédit le divorce de ses adversaires de la majorité présidentielle. « Ce n’est plus un secret, BBY est parti pour imploser. Ce n’est plus qu’une question de jours. Cette coalition va éclater avant les locales, car il faut que les partis politiques se pèsent ». Aussi, il s’est attardé sur les retrouvailles de la famille libérale annoncée ces derniers jours. Ecartant, très tôt les responsables de Bokk Gis-Gis qui selon lui "ont dit non à l’appel", Fada soutient que rien n’empêche que tous les libéraux se regroupent, mais selon lui,  le socle sera le PDS qui a enfanté tous les autres partis. « Une bonne partie des militants de l’APR, viennent du PDS, nous avons les mêmes idées et les mêmes convictions politiques. Nous sommes prêts, mais pour le moment, nous ne savons pas la date de ces retrouvailles. Donc, nous devons donner du temps au temps », a encore argumenté l’invité de la RTS, qui a également précisé: « l’alliance politique n’a rien à voir avec une alliance électorale, il n’est pas forcément dit que nous sommes obnubilés par ces retrouvailles. Seulement, notons que nous sommes très ouverts ».  La traque aux  présumés biens mal acquis que le nouveau régime vient de lancer, a été aussi un sujet sur lequel le jeune leader s’est épanché. « Il y a des délinquants financiers dans tous les partis politiques. Ce n’est pas un fait spécifique au Pds. S’il y a des libéraux qui ont planqué des milliards à l’extérieur, le régime en place, est bien placé pour mener une enquête. De toute façon, il faut qu’il sache, qu'avant nous, d’autres ont planqué des milliards dans les banques », a t-il déclaré. Toutefois, sur les audits, il dira que « les libéraux n’ont rien à se reprocher. Nous attendons les audits tranquillement ». Terminant sur un ton taquin, l’ancien ministre de la santé, a ironisé : « Si BBY éprouve des difficultés pour trouver un président de l’Assemblée nationale, elle peut venir le chercher chez nous ».Quoi qu'il en soit, "wait and see !".




Lundi 5 Novembre 2012
Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

46.Posté par pricnce milk le 07/11/2012 16:55
merci IDY sortons de cette coalition et descendons à la base pour travaller car il est temps.

45.Posté par katior le 06/11/2012 10:26
Idrissa Seck m'a vraiment convaincu ,je lui demande pardon pour toutes les injures que je lui faisais .
s'il continu sur cette lancée jusqu'en 2017 il sera élu sans problème

44.Posté par lerma. le 06/11/2012 10:22
les traitre ce sont ceux qui ont douté et qui voulaient abandonner durant le duel avec Wade .
Ceux qui accompagnent aujourdhui Idy sont plus determiner et plus motivés .
Traiter idy de traitre c'est le méconnaitre .

Merci Idy pour les prises de positions courageuses le peuple te sera reconnaissant en 2017 inchalla

43.Posté par IDY LE TRAITRE le 06/11/2012 09:49
IDY A TRAHI SES PLUS FIDELES LIEUTENANTS QUI L ONT SOUTENU QUND IL N ETAIT RIEN. DIEU NE DORT PAS.

CE QUI EST ARRIVE A IDY-LE WORKATE EST BIEN FAIT POUR LUI.

IL NE VERRA S ASSOIERA JAMAIS SUR LA CHAISE DU POUVOIR. WORKATE DOU AME DARA.

42.Posté par keks le 06/11/2012 08:16
Si le fardeau est trop lourd, pensent aux autres, derrière toi !

Si tu ralentis, ils s'arrêtent
Si tu t'arrêtes, ils se couchent,
Si tu faiblis, ils flanchent
Si tu doutes, ils désespèrent,
Si tu hésites, ils reculent
Si tu critiques, ils démolissent ...
Si tu marches, ils courent,
Si tu cours, ils te dépasseront
Si tu pries... alors ils seront des saints.

41.Posté par lerma. le 06/11/2012 00:19
L'A.P.R est pressé et doit apprendre à rester calme les courses ne sont pas encore terminées il doit apprendre à respecter ses engagements et cessez de jouer au plus malin

40.Posté par lerma le 05/11/2012 23:58
Idy est sur la bonne voix ,je vois qu'il a compris la leçon . j'ai beaucoups de sympathies pour lui .

39.Posté par xxl le 05/11/2012 23:56
macky sall est soutenu par le GLNF( grande loge nationale de la France) qui est une loge maçonnique . C'est pas pour rien qu'il a déclaré que les marabouts sont de simples citoyens. les franc-maçons ont pour but " order ab chao" instaurer l'ordre par le désordre.

38.Posté par Diop le 05/11/2012 20:41
Si vous voulez savoir en quoi ressemble une arnaque, intéressez vous à KIRENE avec ORANGE. Ils sont en train de siphonner gravement les clients. Vous rechargez, au bout de quelques minutes vous risquez de vous retrouver avec zéro franc !

Kirène avec Orange vole ses clients tout simplement et sans vergogne

37.Posté par bathie le 05/11/2012 19:29
franchement Mame Khary Ndaw vous êtes trop superficielle comme journaliste. vous manquez d'arguments et d'analyse.

36.Posté par BOUNKATAB le 05/11/2012 19:06
tristes journalists ainsi que rewmistes et aperistes gueulards .pourquoi vouloir qu'il y ait entre ces deux fils du senegal? Rien que pour bien vendre des journaux pour les uns ou se sucrer pour les autres.

35.Posté par Makka ak Madina ? le 05/11/2012 17:57
que ça clashe! idy ne sert à rien : c'est un calculateur froid!!!

34.Posté par NDIASSE MBENGUE le 05/11/2012 17:49
mais de grace loufi diarre thiowli ce que idy a di n est rien dautre que la verite Macky a compri et cest bien niit kou bakh nala sa ascane yitelle dabor pas des interets partisans .VOUS QUI INSULTEZ PRENEZ DE LA HAUTEURE. LE FAITE DE DIRE K LES SENEGALAIS SOUFFRENT ET QUE LA CRISE CASAMANCAISE EST TJR LA DEUGGUE LA WALA DOU DEUGUE .LE PEUPLE DABOR .LA PATRIE AVANT LE PARTI .MACKY A BIEN COMPRI .LE CHEF A BIEN COMPRI ET CEST LUI LE CHEF DE LAPR.SANI KHERE AMOUL SOLO .NANIOU DJITTEUL ASKANE WI.IDY AMOUL KOUMOUDOUL WAKH DEUGGUE .ABLAYE WADE ETAIT LA TRES PUISSANT ET IL LUI DISAIT TOUT LE TEMPS LA VERITE.KESK VOUS VOULEZ DAUTRE ETRE DANS LA COALITION NE VEUT PAS DIRE FERMER LES YEUX SUR LA SOUFFRANCE DES POPULATIONS OUBIEN TOURNER LE DOS AU PEUPLE POUR DES MIETTES DE RIEN DU TOUT .VOUS DE LAPR FAITES ATTENTION ON A VU LE PDS.

33.Posté par nobnaako le 05/11/2012 17:23
thia deug deug nak IDY dou moromou macky khana kay yala moko tan rek waayé nak moom: moy lolou!
Macky dé mane douyou ma ndjiit! moo djiité Sénégal nak ! waayé sourga lou mou niak niak sagne sagne sagne né mane sourna!

32.Posté par lu pour vous le 05/11/2012 17:17
Macky SALL : Et si Idrissa SECK avait raison ?


Vous vous souvenez, sans doute, du récent et excitent feuilleton « Lui et Moi » qui a tenu pendant longtemps en haleine le peuple sénégalais. Ce douloureux épisode de notre histoire politique a déchiré des familles, brisé des carrières et fait sortir des traîtres de leur cachette.

Le fameux « Allah n’aime pas les traitres et moi non plus » que Idrissa SECK avait délivré de sa cellule de reubeus à l’encontre de Macky Sall témoigne de la nature complexe de celui qui, aujourd’hui, est arrivé second à l’issu du premier tour des élections de la présidentielle du 26 Février 2012.

Que reprochait Idrissa SECK à Macky ?

Après avoir quitté AJ/PADS, Macky SALL a été reçu les bras ouverts par Idrissa SECK qui tour à tour lui a cédé sa place de responsable des cadres du PDS, l’a nommé Directeur de PETROSEN, l’a aussi nommé Ministre de l’industrie et des Mines et ensuite Ministre de l’Intérieur. C’est cet homme qui a été le bras armé de Wade durant la période de la tentative de liquidation du patron de Rewmi entre 2003 et 2007. C’est cet homme que Wade avait choisi pour succéder à Idy à la Primature. C’est cet homme qui remontait des fausses informations sensées venir des renseignements généraux pour accabler davantage l’ancien bras droit et sherpa du pape du Sopi. C’est cet homme qui avait déclassé le rapport de l’IGE pour ensuite livrer au public un rapport que Nafi Ngom Keita, Inspectrice Générale d’Etat (IGE) avait qualifié de faux. C’est cet homme qui avait déclaré que jamais de son vivant un parti ne se nommerait REWMI puisque ce mot était un bien commun.

Voilà, entre autres choses, qui faisaient dire a Idrissa SECK qu’il n’aimait pas le « traitre » Macky Sall tout comme l’Alpha et l’Oméga, maître des Cieux et de la Terre.

Le « traitre » a t il récidivé ?

Aujourd’hui, c’est cet homme qui noue toutes sortes d’alliance, s’engage à toute sorte de promesse et promet maints et merveilles à la population sénégalaise.

Et si Idrissa SECK avait raison. Et si cet homme était réellement un traître. Comment ses actuels alliés devraient ils entreprendre l’avenir ? Les trahira t il comme il a trahi le maire de Thiés ? Respectera t il ses engagements ?

L’avenir proche nous édifiera.

Haby Sirah Dia
habysirahdia@yahoo.fr

31.Posté par toto le 05/11/2012 17:15
Macky a trahi tout le monde. Sa dernière trahison concerne ABC. Avant ABC il a trahi le M23 car il était convenu de faire des marches contre la candidature de Abdoulaye Wade. Au lieu de respecter le pacte que tous les candidats ont signé il a commencé sa campagne au moment ou Idy et les autres candidats marchaient vers la place de l'indépendance. C'est cet avantage qui a fait qu'il est devenu président car il avait une longueur d'avance sur les autres candidats qui n'ont pas battu campagne. S'il doit y avoir clash entre eux parce que Idy a dit ce que tout le monde dit et bien qu'il assume que c'est lui qui est la cause de cette rupture.

30.Posté par LE JUGE/ PREAMBULE le 05/11/2012 15:41
« Le mépris et les méprises d’Idrissa Seck

‘Au regard de l’échec massivement constaté aujourd’hui, le devoir me prescrit d’intervenir pour éviter le naufrage’. Naufrage ? Idrissa Seck aurait pu parler de déluge, puisqu’il se veut le Noé de 2006. Le maire de Thiès - ville où il ne compte pas de domicile – a décidément peu de respect pour ses compatriotes, ‘tous nés pour être dirigés’ par lui. Il a si peu de considération pour les Sénégalais que, comble d’arrogance, il a commencé sa tournée d’étalage de ses richesses par Ziguinchor. Là même où il avait lancé son fameux ‘Je suis un homme riche !’, devant les bailleurs de fonds, c'est-à-dire ceux chargés d’aider financièrement son pays pauvre. Sans bouder au passage le plaisir de houspiller publiquement une dame, ministre à l’époque.

‘Le redressement économique signifiera de faire avec les meilleurs d’entre nous une alternance générationnelle..’ Ce Idrissa Seck-là n’est vraiment pas nouveau : il est resté tout aussi méprisant pour les Sénégalais. Sinon comment peut-il ainsi dire que c’est dans la classe politique qu’on retrouve ‘les meilleurs’ du pays ? Une telle assertion est grave. Même si, dans son répertoire des joyeusetés, on l’a déjà entendu décrété, par sa fatwa à lui, le politicien marabout, que tous les hommes de gauche iraient en enfer. Les hommes de gauche dont il s’honore aujourd’hui d’être leur compagnon, les hommes de gauche parmi lesquels figure Landing Savané à qui il fait appel aujourd’hui. Ce n’est pourtant pas là sa plus vertigineuse contradiction. Sous ce chapitre, c’est un délice que de lire son dernier texte, envoyé sous forme de Cd aux journalistes comme pour les tenir à distance prophylactique. L’ex-quasi président de la République y écrit que ‘peu importe que le médecin se nomme Idrissa Seck ou pas’ pour soigner le Sénégal qu’il dit malade. Mais, quelques lignes plus loin, sa conviction pathologique d’être ‘né pour être président’ reprend le dessus, et lui fait dire : ‘En ce nouveau Sénégal, je veillerai sans concession au principe de l’Etat de droit’.



Décidément, les Sénégalais n’y échapperont pas : le messie pour eux est un bonhomme de courte taille, revenu au pays à la tête d’une fortune à l’origine inexpliquée (sinon trop clairement comprise), après avoir mis le pays en péril institutionnel par des intrigues de basses eaux au sommet du pouvoir. Seck a été ministre du Commerce : que retiennent les Sénégalais de cet épisode ? Il a été directeur de cabinet du président Wade : quel souvenir en ont les hauts fonctionnaires et les alliés politiques du président ? Il fut Premier ministre, ‘quasi président de la République’ : avec quelle incidence pour la stabilité du pays ? Au profit de

qui ?



Seck crie tellement fort qu’on n’entend pas ce qu’il dit. A le suivre, sa rupture avec Wade s’expliquerait par son opposition au vote de la loi Ezzan, les projets ‘irréalistes’ et l’immixtion de la famille présidentielle dans les affaires de l’Etat. Seck n’a pourtant quitté le gouvernement que forcé et contraint, limogé par le président de la République. La conduite vertueuse exigeait de sa part de démissionner si tant est qu’il était si opposé à Wade sur des questions aussi importantes. Il ne l’a pas fait. On peut logiquement en déduire que Seck est du genre à rester dans un gouvernement même lorsqu’il est convaincu que la voie empruntée par celui-ci n’est pas la meilleure pour le pays. Pour quelles raisons ?



Le maire de Thiès veut un nouveau Sénégal. Nous préférons un Sénégal nouveau. Celui en construction depuis qu’il n’est plus aux affaires. Nous préférons ce Sénégal des réalisations socioéconomiques à celui de la parlotte, celui de l’efficacité vertueuse à celui des intrigues au sommet de l’Etat, celui où nous vivons depuis que le président Wade a confié le gouvernement à Macky Sall à celui de la période tumultueuse de 2003/2004.



Il se doit à la vérité de l’avouer : l’actuel Premier ministre est en train, de réussir, à vêpres,

servira à corriger le retard enregistré, à none, par son prédécesseur. L’on se souvient qu'une fois arrivé au pouvoir, Idrissa Seck avait déclaré que son souci premier était de ‘formater l’esprit des Sénégalais’. C'est-à-dire les dresser, les conditionner, les modeler à son goût. Comme l’on tentait de le faire dans les régimes totalitaires, par le moyen de la police politique. Seck parle d’’abomination morale’… Il se pavane pourtant avec le député Mama Dabo, qu’il exhibe fièrement comme un trophée. Alors que, en contradiction avec l’esprit de nos lois qu’il vote, ce député continue de bénéficier des avantages attachés à son statut de parlementaire, lui qui, dans les faits, a démissionné de son parti, donc de son mandat, en déclarant son soutien à un candidat à la présidentielle qui n’est pas celui de sa formation.

Vous avez dit parangon de la vertu ?



Mais la suprême offense au pays, c’est d’appeler son futur parti ‘Rewmi’. A moins d’en ignorer la portée, il n’est pas concevable, dans une république, d’appeler son parti ‘La Nation’. De la même façon que le vert-jaune-rouge ne saurait être pris pour couleurs d’une formation politique, on ne peut l’appeler ‘Rewmi’. C’est d’une prétention innommable et d’une désinvolture inacceptable ! La nation, c’est ce que nous avons de plus en commun. Qu’adviendrait-il si dix prétendants à la fonction présidentielle désignaient chacun son parti sous le vocable de Rewmi, en pulaar, en soninké, diola, sérère et j’en passe ? Ne jouons pas à ce jeu-là : à trop forcer sur la communication, sans souci des fondamentaux du pays, on en vient à devenir dangereux : il va bien falloir que Idrissa Seck le comprenne, lui qui avait déjà fait une adresse à la nation, le …4 avril.

Dans son plaidoyer pro domo, l’ancien Premier ministre explique que c’est lui le messie, parce que, dit-il, il a connu « l’envers et le revers de l’alternance ». Il voulait certainement parler de « l’envers et l’endroit ». Ce que retient l’opinion majoritaire, c’est qu’après avoir connu l’envers de l’alternance avec lui, nous en connaissons l’endroit depuis son départ.»

29.Posté par FocusActu le 05/11/2012 15:15
Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

28.Posté par Seck le 05/11/2012 14:51
DES TERRAINS DE 300 M2 A 1 600 000 F EN VENTE A SEBIKOTANE. POUR PLUS D'INFORMATION, APPELER M. SECK AU 77 617 53 46

N.B: NOMBRE TRES LIMITE

27.Posté par lu pour vous le 05/11/2012 14:47
Macky SALL : Et si Idrissa SECK avait raison ?


Vous vous souvenez, sans doute, du récent et excitent feuilleton « Lui et Moi » qui a tenu pendant longtemps en haleine le peuple sénégalais. Ce douloureux épisode de notre histoire politique a déchiré des familles, brisé des carrières et fait sortir des traîtres de leur cachette.

Le fameux « Allah n’aime pas les traitres et moi non plus » que Idrissa SECK avait délivré de sa cellule de reubeus à l’encontre de Macky Sall témoigne de la nature complexe de celui qui, aujourd’hui, est arrivé second à l’issu du premier tour des élections de la présidentielle du 26 Février 2012.

Que reprochait Idrissa SECK à Macky ?

Après avoir quitté AJ/PADS, Macky SALL a été reçu les bras ouverts par Idrissa SECK qui tour à tour lui a cédé sa place de responsable des cadres du PDS, l’a nommé Directeur de PETROSEN, l’a aussi nommé Ministre de l’industrie et des Mines et ensuite Ministre de l’Intérieur. C’est cet homme qui a été le bras armé de Wade durant la période de la tentative de liquidation du patron de Rewmi entre 2003 et 2007. C’est cet homme que Wade avait choisi pour succéder à Idy à la Primature. C’est cet homme qui remontait des fausses informations sensées venir des renseignements généraux pour accabler davantage l’ancien bras droit et sherpa du pape du Sopi. C’est cet homme qui avait déclassé le rapport de l’IGE pour ensuite livrer au public un rapport que Nafi Ngom Keita, Inspectrice Générale d’Etat (IGE) avait qualifié de faux. C’est cet homme qui avait déclaré que jamais de son vivant un parti ne se nommerait REWMI puisque ce mot était un bien commun.

Voilà, entre autres choses, qui faisaient dire a Idrissa SECK qu’il n’aimait pas le « traitre » Macky Sall tout comme l’Alpha et l’Oméga, maître des Cieux et de la Terre.

Le « traitre » a t il récidivé ?

Aujourd’hui, c’est cet homme qui noue toutes sortes d’alliance, s’engage à toute sorte de promesse et promet maints et merveilles à la population sénégalaise.

Et si Idrissa SECK avait raison. Et si cet homme était réellement un traître. Comment ses actuels alliés devraient ils entreprendre l’avenir ? Les trahira t il comme il a trahi le maire de Thiés ? Respectera t il ses engagements ?

L’avenir proche nous édifiera.

Haby Sirah Dia
habysirahdia@yahoo.f

1 2 3


Dans la même rubrique :