Vers la levée de l’immunité parlementaire de Barthélémy Dias ?

Après le réquisitoire du Procureur selon lequel Barthélémy Dias doit être envoyé devant la Cour d’Assises de Dakar, le député socialiste pourrait bien perdre son immunité parlementaire.


Vers la levée de l’immunité parlementaire de Barthélémy Dias ?
Barthélémy Dias est-il sur les pas de ses collègues députés Ousmane Ngom, Oumar Sarr et Abdoulaye Baldé dont l’immunité parlementaire a été levée suite à la demande du procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite ? Tout porte à le croire d’autant plus que le Procureur de la République, Ousmane Diagne a requis le renvoi de l’affaire dans laquelle il est accusé de meurtre devant la Cour d’assises de Dakar. En tout cas si le Doyen des juges d’instruction, à qui revient le dernier mot, suit le ministère public dans sa volonté, le député socialiste sera amené à se départir de sa « carapace » pour permettre à la Justice de faire convenablement son travail. Ce qui, sans nul doute, va sonner la fin du compagnonnage entre la formation politique à laquelle il appartient, le Parti socialiste et l’Apr du Président Macky Sall.
SETAL
Dakaractu2




Vendredi 22 Février 2013
Notez


1.Posté par lol le 22/02/2013 12:53
pk le parti socialiste serait impliqué dans tout cela!!! les sénégalais ont tous soutenu barth dans son combat contre wade maintenant que l'on laisse la justice faire son travail

2.Posté par traaaaaaaaaa le 22/02/2013 12:55
au gnouf hangno

3.Posté par LIBEREZ NDONGO DIAW le 22/02/2013 13:01
NDONGO DIAW UN OTAGE POLITIQUE OU LA VENGEANCE DE SON AMI D’ENFANCE DIENE FARBA SARR !

Face à l’injustice se défendre devient un droit inaliénable mais aussi à face une injustice exercée sur une personne innocente la défendre un devoir. C’est pourquoi en tant que étudiants de l’UCAD (Université Cheikh Anta DIOP de Dakar), en parfaite collaboration avec les écoles et instituts notamment ITECOM et ENSUD, nous nous sommes levés pour dire NON à l’incarcération arbitraire de l’ex DG de l’ARTP Ndongo DIAO, qui est une personne d’une probité morale irréprochable et ayant beaucoup contribuée au développement de son pays en tant que DG de l’ARTP par le biais d’un chiffres d’affaires de 17 milliards en moyenne par mois.
Aujourd’hui il a été limogé de son poste puis incarcéré injustement par le nouveau régime et sa justice au ordre, qui s’auto glorifie à suffisance d’une rupture déclarative et non réelle. Après huit mois de détention, il est entendu par le juge d’instruction puis par la chambre d’accusation en ces termes rapporté par la presse« en effet selon des sources judiciaires l’avocat général Abdou Karim DIOP, avait rédigé un premier réquisitoire infirmant l’ordonnance du doyen des juges d’instruction, Mawa Sémou DIOUF, qui avait refusé, la liberté provisoire à Ndongo DIAO ». En claire le représentant du parquet général « était disposé à ce que l’ex DG de l’ARTP obtienne la liberté provisoire qu’avaient demandé ses conseils. Un réquisitoire fait bien avant la tenue, vendredi dernier de l’audience devant la chambre d’Accusation. Des sources judiciaires renseignent que ce dit « réquisitoire a été changé en catimini à la dernière minute et remplacé par un autre défavorable à la libération de Ndongo DIAO ».Selon les mêmes sources l’agent judicaire de l’ETAT, représentant la partie civile dans cette affaire a soutenu qu’il ne réclame pas de dommages et intérêts car dit-il « LE DOSSIER EST VIDE », « c’est un non événement » Ce qui lui a valu malheureusement son poste quelques jours après. Mais une « note mystérieuse, venue d’on ne sait ou, transmise à un des magistrats, ainsi qu’un coup de fil, en pleine séance, venu également de l’extérieur ont changé la donne » D’aucun soupçonne la mainmise de la Chancellerie.
A la lumière de toutes ces considérations, ne pensez-vous pas qu’il est temps de dire STOP à L’injustice ? Car un adage disait « L’ORSQUE LE MAL A TOUTES LES AUDACES LA VERITE DOIT AVOIR TOUTES LES COURAGES AFIN D’Y REMEDIER » ? C’est pourquoi en tant que intellectuels et futur dirigeants de ce Pays, nous étudiants de l’UCAD nous disons NON à la détention arbitraire de l’otage politique NDONGO DIAO qui a beaucoup fait pour sa patrie.

4.Posté par jim le 22/02/2013 13:20
Il n'a rien a craindre il se defendait. il faut s'attaquer maintenant à celui qui a produit le probleme

5.Posté par MALCOM X le 22/02/2013 17:04
Qui disait que la justice sénégalaise était partisane. Cela montre encore une fois de plus que nous les sénégalais sommes tous pressés. Vu la réaction de cette justice je vois mal le comportement des libéraux pilleurs de la République allaient à la CEDEAO pour faire leur plainte. Vive notre justice. VIVE LE SENEGAL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

6.Posté par la justice bien partisante ou nulle ou manipulee comme tjrs le 22/02/2013 18:11
si la justice nest pas partisante comment pt on inscrit un detenu ds les liste electoral et ensuite le nomme depute?
un depute en liberte provisoir jamais vu.

7.Posté par Xeme le 22/02/2013 19:49
Au risque de me faire censurer par le recru de Seneweb qui est chargé de la surveillance de Xeme.

Barthélémy a dit: " Il y avait environ 800 m entre nous. Ils ont voulu rentrer sans faire ce pourquoi ils étaient payés. Alors, j'ai ouvert les hostilités". S'il étaient rentrés, il n'y aurait rien eu. Mais Barthélémy a dit qu'il ne veut pas de ça. Son père a parlé de légitime défense prolongé. C'est quelle diazerie, ça ? Pour sûr que des conseillers occultes lui ont conseillé de laisser ce chemin. Ils lui ont dit:" Maintenant nous avons le pouvoir, nous avons la presse avec nous, nous allons l'élire député. Nous avons assez de milliards pour insulter tous ceux qui oseront l'accuser. Répétons qu'il a tiré sur des NERVIS qui étaient venus avec l'intention de le tuer. Jurons avoir vu l'intention de nos propres yeux. Ça va marcher."
Bartélémy est une victime des médias comme le fut Malick Noël. Ce sont des incultes politiques qui ne peuvent pas comprendre qu'on peut les utiliser jusqu'au...drame. Barthélémy est en prison depuis le jour où il a tué. Mille médias, un millions de journalistes, des tonnes de répétitions n'y pourront rien. Il est en prison depuis le jour où il dit à un ami :"Boy, reyna nit dé" Un aveu que sa presse de soutien ne répétera jamais.
Le meilleur service qu'on peut rendre à Barthélémy est de le mettre das des conditions de regrets, de demande de pardon, de repentir. Mais ça ses ennemis masqués en souteneurs ( en premier lieu desquels son propre père) ne le feront pas. Il ne lui laisseront aucune occasion de regretter. Il continueront de le porter sur le nuage de mensonge de presse jusqu'à la tombe. c'est en ce moment seulement qu'il comprendra qu'il a toujours été applaudi par ses ennemis.

8.Posté par Serigne Modou Faty MBACKE le 25/02/2013 12:31
Ce garçon mal éduqué irrespectueux des sénégalais, va directement en cour d'assises. La famille de ndiaga DIOUF ne paiera rien pour attendre, que ce tueur invétéré, aille directement en prison, pour quelques années. la justice se fera par les juges, ou elle se fera par d'autres moyens à la disposition de ceux qui militent pour une meilleure justice dans notre pays.



Dans la même rubrique :