Vers l’érection d’une brigade de gendarmerie dans chaque arrondissement "d’ici 2025" (ministre)


Vers l’érection d’une brigade de gendarmerie dans chaque arrondissement "d’ici 2025" (ministre)
Le ministre des Forces armées, Augustin Tine, a annoncé mardi, à Mbour (ouest), l’érection d’au moins une brigade de gendarmerie dans chaque arrondissement du Sénégal à l’horizon 2025, pour rapprocher les services de sécurité des populations.
 
De cette manière, les populations n’auront plus à parcourir "de longues distances pour se rendre dans les services de sécurité", a expliqué M. Tine, en présidant la cérémonie d’inauguration de nouvelles brigades de gendarmerie à Mbour et à Saly-Portudal.
 
L’érection de ces brigades s’inscrivent en droite ligne de "promesses tenues par le président de la République qui, alors candidat à la présidentielle" de 2012, "avait promis qu’une fois au pouvoir, il va faire en sorte que tous les Sénégalais, où qu’ils se trouvent, soient en sécurité ainsi que leurs biens, a rappelé Augustin Tine.
 
Selon le ministre des Forces armées, des instructions ont été données dans ce sens au commandement de la gendarmerie nationale, qui "a bien compris qu’il fallait construire des brigades après avoir formé énormément de gendarmes". 
 
"Rien qu’en 2016, 2000 nouveaux gendarmes ont été formés", révèle le ministre des Forces armées, selon qui il ne s’agit "pas seulement de construire de nouvelles brigades et d’avoir des gendarmes". 
 
"Il faut que les populations participent à la sécurisation de leur environnement et de leurs biens. C’est pourquoi nous leur disons que les portes de la gendarmerie leur sont ouvertes. C’est la leur et il faut qu’elles travaillent en parfaite collaboration avec les gendarmes qui y sont affectés", a lancé Augustin Tine.
 
Le chef du centre administratif de la gendarmerie (CAG), le colonel Assane Konaté, était intervenu peu avant, pour expliquer que la politique d’investissements de la gendarmerie nationale en matière d’infrastructures vise à "assurer l’adaptation des logements et des locaux de service au normes de fonctionnalité et de confort modernes".
 
Les services de la gendarmerie comptent par ce biais à offrir à ses personnels "des conditions de vie et de travail satisfaisantes, en particulier dans les zones reculées du territoire national", a dit le colonel Konaté.
 
"Il s’agira également de mettre à disposition les infrastructures nécessaires à l’amélioration de la formation des forces, d’assurer l’adaptation des locaux techniques, scientifiques et spécifiques aux normes des règles exigées en matière de procédure pénale, de police technique et scientifique.
Mercredi 5 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :