Validation de la Lettre de politique sectorielle de la micro-finance 2016-2020 : Le ministre Moustapha Diop œuvre pour la concrétisation de la vision du Président

Venu présider, hier, l’atelier de validation de la Lettre de politique sectorielle de la micro-finance 2016-2020, le ministre délégué chargé de la Micro-finance et de l’Economie solidaire a indiqué que son ambition est d’en faire un des instruments phares de mise en oeuvre du PSE,


Le secteur de la micro-finance au Sénégal dispose, depuis 2004, d’une Lettre de politique sectorielle qui a permis de noter des avancées majeures dans le secteur des micro-finances. Car, d’après les statistiques, elle a permis une progression de plus de 100% sur les différents indicateurs de portés. Mieux, elle a renforcé le niveau d’inclusion financière à 15% alors qu’il était, en 2006, à 6%.
Ainsi, après cette première, le comité national de concertation qui est l’organe de pilotage du secteur de la micro-fi- nance, avait fait la recommandation de procéder à l’élaboration de la deuxième Lettre de poli- tique sectorielle micro-finance. La cérémonie de validation s’est tenue, hier, dans un hôtel de la place, sous la présidence du ministre délégué chargé de la Micro-finance et de l’Economie solidaire. Moustapha Diop a d’emblée rappelé que l’Etat du Sénégal a toujours attaché du prix au développement de services financiers à l’endroit des couches défavorisées de la population. C’est pourquoi, dit-il, le Plan Sénégal émergent (Pse) fait de l’inclusion financière un des préalables majeurs de son axe n¬° 2 intitulé : «Transformation structurelle de l’économie et croissance».
D’après lui, «la nouvelle Lettre de politique sectorielle s’inscrit dans une volonté de poursuivre la dynamique déjà enclenchée de consolidation des acquis en vue de concrétiser la vision du président de la République.» Fortement articulée au Pse, cette politique de lettre sectorielle est, de l’avis du ministre, en parfaite cohérence avec les objectifs de Développement durable adoptés le 28 septembre 2015, lors de la 70e assemblée générale des Nations Unies.
«La démarche inclusive et participative adoptée lors de sa formulation, centrée sur une approche par la demande, a permis une meilleure prise en compte des besoins des populations rurales, des femmes, des jeunes et des petites et moyennes entreprises en vue de favoriser un accès durable à des services financiers et non financiers innovants, dans un contexte où la micro-finance fait face à différents enjeux», a-t-il renseigné. Il souligne, dans la même veine, que son ambition est de faire de cette nouvelle Lettre de politique sectorielle un des instruments phares de mise en œuvre du Pse. Sur ces entrefaites, Moustapha Diop a lancé un vibrant appel à tous les partenaires à accompagner les efforts de l’Etat. Ce, pour l’exécution progressive de la nouvelle stratégie nationale de la micro-finance et pour assurer le financement du Plan d’action 2016-2020 qui, soutient-il, contribuera, sans nul doute, à l’objectif d’émergence du pays 
Vendredi 18 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :