VIOL, PÉDOPHILIE ET DÉTOURNEMENT DE MINEURE : Khadim Niasse écope de 10 ans de prison

Reconnu coupable des faits de viol sur une mineure de 10 ans, pédophilie et détournement de mineure, Khadim Niasse a été condamné à une peine de 10 ans d’emprisonnement.


VIOL, PÉDOPHILIE ET DÉTOURNEMENT DE MINEURE : Khadim Niasse écope de 10 ans de prison
10 ans de prison ! Telle est la peine que le tribunal des flagrants délits de Dakar a infligée, hier, au prévenu Khadim Niasse, reconnu des délits de viol sur une mineure de 10 ans, pédophilie et détournement de mineure.
Les faits se sont déroulés dans la banlieue de Dakar, plus précisé- ment dans un quartier du département de Pikine. Ce jour-là, la fillette était en train de jouer avec ses amies. Sur ces entre- faites, son bourreau l’a appelée pour l'envoyer à la boutique. Elle ignorait complètement ce qui l’attendait. Quand elle est entrée dans la chambre du prévenu, ce dernier l’a violée. Rentrée chez elle, sa mère, Awa Guèye avait remarqué des taches de sang sur ses habits.
Dans un premier temps, elle a cru que sa petite fille voyait ses menstrues. Interrogée, la gamine lâche la bombe. Elle déclare qu’elle a été violée par Khadim Niasse. Sa mère n’en revint pas. Le choc de la mauvaise nouvelle était tellement fort qu’elle ne pouvait pas se tenir sur ses jambes. Le monde s’effondrait sous ses pieds.
Après quelques minutes, elle reprend ses esprits, essuie ses larmes avant de décider de mettre tout au clair. Sans perdre de temps, elle a conduit sa fille à l’hôpital. Le gynécologue qui a consulté celle-ci décèle des déchirures hyménales récentes.
Munie du certificat médical qui lui a été délivré par le médecin légiste, elle a déposé une plainte contre celui qui a « volé » la jeunesse de sa fille.
Khadim Niasse a été mis aux arrêts et placé en garde à vue pendant deux jours avant d’être déféré au procureur. Qui, après une interrogation, l’a placé sous mandat de dépôt pour jugement. Devant le prétoire, le prévenu, comme à l’enquête préliminaire, battu en brèche toutes les accusations portées sur sa personne. A l’en croire, il est accusé à tort par la prévenue car, ce jour-là il n’était même pas chez lui.
« Je n’ai pas violé cette fille. Comment j’oserai violer une gamine. Toutes ses déclarations sont fausses », a expliqué le prévenu pour se tirer d’affaires afin de sauver sa peau. Mais, c’était sans compter sur la constance de la victime qui a réitéré ses déclarations à l’enquête préliminaire. « Khadim m’a fait venir dans sa chambre pour m’envoyer à la boutique.
Une fois à l’intérieur, il a fermé la porte avant de me violer. Il m’a bâillonnée avec sa main avant de me contraindre à entretenir des rapports sexuels avec lui. J’ai crié de toutes mes forces mais personne n’était venu à ma rescousse. Les faits se sont déroulés dans sa chambre et la maisonnée était calme », a expliqué la victime, malgré son jeune âge.
L’avocat de la partie
civile a, dans sa plaidoirie, fait savoir que sa cliente n’était pas là pour battre monnaie mais plutôt pour réclamer justice pour sa fille. Il a sollicité le franc symbolique. Le maitre des poursuites, dans ses réquisitions, a indiqué que les faits de l’espèce ne souffrent d’aucune contestation. Et, poursuit-il, le certificat médical versé dans le dossier en est une preuve palpable. Mieux, il a indiqué que les hommes qui se réveillent dans ce quartier sont nombreux.
Et, dit-il, si parmi eux tous la gamine indexe Khadim Niasse comme son violeur, c’est parce que c’est lui qui a commis l’acte incriminé.
Compte tenu de toutes ces observations, il a requis 10 ans. Un réquisitoire jugé très sévère par l’avocat de la défense qui estime que l’imputabilité des faits pose problème. A l’en croire, rien ne prouve que son client est l’auteur du viol.
Sur ce, il a plaidé à titre principal la relaxe au bénéfice du doute et subsidiairement l’application bienveillante de la loi. Rendant sa sentence, le tribunal a suivi à la lettre le réquisitoire du parquet. Ainsi, Khadim Niasse sortira de prison en 2027.
Mardi 14 Février 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :