VIDÉOS - Pape Diop : «La charges de Chef de l'Etat sont tellement sérieuses qu'elles ne sauraient souffrir de cumul avec la fonction de chef de parti»


"Il n'y a jamais eu deux reports consécutifs d'une même élection au Sénégal. Le nouveau régime tente le forcing simplement parce qu'il est mal en point et que les sénégalais lui ont tourné le dos. Toute cette agitation que nous voyons dans les médias autour de supposés prétextes devant empêcher la tenue des élections à date échue est commanditée au sommet de l'Etat qui est entrain de vouloir sonder l'opinion et la l'opposition et d'user de toutes sortes de subterfuges pour différer ce débâcle, du reste, inévitable."
Voilà en substance la déclaration du chef de file de la Convergence démocratique Bokk Gis-Gis, Pape Diop, en tournée politique dans le Sine, précisément dans la communauté rurale de Diaoulé, département de Fatick. Dans la même veine, l'ancien maire de Dakar a également fait remarquer ce qu'il considère comme une autre duplicité du régime en place au sujet du mandat présidentiel que le président Macky SALL tarde à ramener à cinq ans. Actualité obligé, Pape Diop s'est aussi épanché sur le projet de constitution contenu dans le rapport de la Commission nationale de réforme des institutions remis au chef de l'Etat par l'équipe de Amadou Moctar Mbow.
Évoquant l'âge limite d'éligibilité du président de la république fixé à 70 ans, l'ancien président du Sénat de dire : "On aurait dû aller à cette limitation depuis longtemps. À un moment donné, j'ai pensé à 65 ans, mais il faut admettre que 70, c'est tout à fait raisonnable. D'autant plus qu'on ne comprenne pas que le seuil soit déterminé à 35 ans alors qu'il n'a jamais été question d'envisager la retraite présidentielle qui devrait naturellement intervenir au bout de deux mandats, à plus forte raison lorsqu'on atteint l'âge de 80 ans." À Bokk Gis-Gis, il n'est pas non plus question pour un président de la république d'assumer à la fois des fonctions de chef de l'Etat et celles de chef de parti a fait savoir Pape Diop, faisant ainsi écho à la proposition de la Commission nationale de réforme des institutions de mettre fin au cumul de ces deux fonctions précitées.
"Les tâches de Chef l'Etat sont tellement sérieuses et importantes qu'elles ne sauraient être cumulées avec les obligations de chef de parti. Qui plus est, le parti est un monstre politique qu'il est très difficile d'organiser. Et puis, de toute façon, aucun président de la république n'a encore réussi cette expérience. Il est donc nécessaire d'envisager la possibilité pour un président de se décaler de son parti." Pape Diop s'exprimait à l'occasion d'un meeting de ralliement organisé Abdoulaye Ndiaye, président de la communauté rurale de Diaoulé, de l'arrondissement de Diakhao dans le département de Fatick. La localité et ses environs sont connus pour avoir basculé dans l'escarcelle de la majorité présidentielle lors des dernières élections. "Mais rien de bien significatif"a balayé d'un revers de main le patron de Bokk Gis-Gis qui estime que "le désaveu dont à fait l'objet le nouveau pouvoir s'étend à l'échelle nationale, et le Sine ne fait pas non plus exception à cette règle."
Le PCR Abdoulaye Ndiaye. qui a rallié la formation politique de l'ancien maire de Dakar et sous les couleurs de laquelle il compte battre campagne lors des prochaines locales prévues en juin prochain, a du coup été coopté comme membre du comité directeur de Bokk Gis-Gis en vertu de son poids électoral dont il a fait une démonstration remarquable. Abdoulaye Ndiaye est reconnu dans la localité pour avoir fait reculer le vol de bétail de manière très significative. Mais également pour avoir réalisé des projets de développement socioéconomiques dans les domaines de l'éducation, de la santé et des infrastructures. XAMLE.NET

Lundi 17 Février 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :