Université Cheikh Anta Diop : Les ratages à l'origine de la flambée de violence d'hier


Université Cheikh Anta Diop : Les ratages à l'origine de la flambée de violence d'hier
DAKARACTU.COM La flambée de violence qui s'est encore emparée hier de l'Université Cheikh Anta Diop, débouchant sur la mort de l'étudiant Bassirou Faye, a une origine connue de tous : les carences notées dans le paiement des bourses.

Une situation née de lenteurs administratives inexplicables qui, d'après nos sources, ont mis dans un état second les deux plus hautes autorités de l'Etat, à savoir le Président de la République et son Premier ministre. Qu'est-ce qui s'est réellement passé ?

Selon nos interlocuteurs, tard dans la nuit de dimanche dernier, ce très sensible dossier des bourses des étudiants a motivé une réunion au domicile du Premier ministre. Autour de Mahammed Boune Abdallah Dione, s'étaient réunis Mary Teuw Niane (ministre de l'Enseignement supérieur), Amadou Bâ (ministre de l'Economie et des Finances) et Abdoulaye Daouda Diallo (ministre de l'Intérieur). L'équation à résoudre était la suivante : payer à soixante deux mille cinq cents (62 500) étudiants leurs bourses des mois de juillet, août et septembre. Ce qui est communément appelé dans le jargon estudiantin, "le gros lot".

Cependant, dans le lot figurent un peu plus de trois mille (3 000), qui n'avaient pas été payés depuis le début de l'année. Le tout pour un montant de quelques neuf (09) milliards de francs Cfa. Au terme des échanges sous l'arbitrage du Premier ministre, les Finances s'engagent de manière ferme à payer dès le lundi 11 août 2014. Mais, la promesse ne sera tenue que soixante douze (72) heures plus tard, du fait d'un retard noté dans la communication, par le ministère de l'Enseignement Supérieur, de la liste des bénéficiaires En effet, à la fin de la matinée d'hier, seuls deux mille six cents (2600) comptes d'étudiants à Ecobank avaient été provisionnés, avant que subitement, le mécanisme ne s'enraye sans aucune explication, en tout début d'après midi. Un blocage qui a eu le don de faire monter l'adrénaline au niveau des étudiants, qui fomentent alors les premiers troubles en s'attaquant aux forces de l'ordre.

Les paiements reprendront pour atteindre le volume de onze mille (11000), mais c'était trop tard puisqu'à 16h 30, l'étudiant Bassirou Faye tombait sous la balle d'un policier, dans des conditions non encore élucidées. Peut-être que l'autopsie du corps du défunt et l'enquête ouverte par le Parquet de Dakar édifieront les Sénégalais. Aux dernières nouvelles, le niveau des paiements a atteint aujourd'hui, les vingt cinq mille (25000) boursiers, suite à la ferme instruction du Premier ministre qui a exigé dans la soirée de jeudi, un plan d'urgence pour faire travailler Ecobank...
Vendredi 15 Août 2014
Dakar actu




1.Posté par OUTREE le 16/08/2014 12:42
Un plan d'urgence après la mort du pauvre Bassirou.....

Que Dieu nous vienne en aide. Je ne connais franchement pas la solution aux maux du Sénégal. Cependant, l'abus de pouvoir dont fait montre les soi-disant forces de l'ordre doit être endigué. Ils sont là pour protéger la population et non pour les anéantir. Cet état de fait existe depuis belle lurette et ne fait qu'accroitre, c'est à croire que ces forces du désordre sont des demeurés insensibles à la souffrance humaine.

Je les déteste.



Dans la même rubrique :