Une semaine africaine pour Angela Merkel

La chancelière allemande entame ce dimanche 9 octobre un voyage de trois jours au Mali, au Niger et en Ethiopie avant de recevoir mercredi à Berlin les présidents du Tchad et du Nigeria. Cette semaine africaine est placée sous le signe de la lutte contre l'immigration clandestine.


Angela Merkel a promis aux Allemands qu'ils ne connaîtraient pas cette année un afflux de réfugiés similaire à celui de 2015. Mais pour tenir cette promesse, elle a besoin de l’Afrique, assure le quotidien Süddeutsche Zeitung.

« La population africaine va doubler d'ici 2035. Du bien-être de l’Afrique dépendra la façon dont nous allons vivre en Allemagne », a rappelé Angela Merkel vendredi 7 octobre.

C'est devenu l’un des crédos de la chancelière allemande : le meilleur moyen de lutter contre les flux migratoires est d'encourager la croissance économique en Afrique, de lutter contre le terrorisme et la corruption. C'est ce message qu'elle portera à ses hôtes maliens, nigériens et éthiopiens. Avant de recevoir à Berlin les présidents tchadien et nigérian.

Première étape, le Mali

A Bamako, on met les petits plats dans les grands pour l'accueillir. Sécurité, développement seront notamment les sujets de discussion.

Premier pays à avoir reconnu l’indépendance du Mali, l’Allemagne occupe une place de choix dans nos cœurs, explique un officiel malien. C’est le président IBK lui-même qui fera le déplacement ce dimanche à l’aéroport pour accueillir la chancelière Angela Merkel. L’accueil sera faste, prévient-on ici.

Bamako apprécie la coopération avec Berlin. En 2013, pour accompagner la relance économique du Mali, l’Allemagne a sorti de sa poche 100 millions d’euros (65,5 milliards de francs CFA), en forme d’aide.

Au cours de son séjour, l’hôte du Mali devrait annoncer le renforcement de cette coopération dans plusieurs domaines : décentralisation et bonne gouvernance, agriculture productive et durable, eau et assainissement. Ce sont en tout cas ici les attentes.

Mais la coopération militaire sera également évoquée au cours de la visite de 48 heures de la chancelière allemande. Quelques centaines de citoyens allemands font partie des casques bleus de la mission de l’ONU sur place. D’autres sont des formateurs de l’armée malienne, et le Mali souhaite renforcer ses relations dans le domaine militaire. « Nous ne voulons pas mettre dans ce domaine tous nos œufs dans le même panier », commente un autre officiel.
Lundi 10 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :