Une étude évalue les forces et faiblesses de la Société Civile au Sénégal Le forum civil invite à son tour les acteurs à une auto évaluation


Une étude évalue les forces et faiblesses de  la Société Civile au Sénégal Le forum civil invite à son tour les acteurs à une auto évaluation
DAKARACTU.COM Quelles sont, au Sénégal, les organisations qui relèvent réellement du champ de la société civile ? Qu’en est-il des mouvements citoyens ? Quels rapports la société civile doit-elle entretenir avec le politique ? S’il n’existe pas de ligne de démarcation tranchée entre elle et le pouvoir politique, qu’en est-il de l’objectif de conquête du pouvoir, même local ? Peut-elle toujours assumer son rôle de contrepouvoir même au sein de l’appareil étatique ?
Telles sont autant de questions qui se posent au regard de la structuration de la société sénégalaise.
Un rapport a tenté d’apporter des éléments de réponse en se basant sur une recherche qualitative auprès de populations dans 14 régions du Sénégal et au sein de 25 organisations de société civile. Cette étude propose ainsi une analyse de la société civile au sens large du terme à savoir une organisation d’individus œuvrant pour le changement social : une société de citoyens. 
Les évolutions notées au Sénégal correspondent exactement aux constats ayant amené l’Alliance Civicus à procéder à une mise à jour des études diagnostics comparatives de l’état de la société civile qui avait été menée deux ans auparavant dans près de 54 pays à travers le monde, dont le Sénégal.
En 2012, informé par les conclusions de la dernière phase de l’ISC, CIVICUS se rend compte que les relations entre états, marchés, médias, sociétés civiles et autres acteurs sociaux connaissent de rapides évolutions et que les schémas classiques sont tous remis en question. A l’analyse, il apparaît aussi clair qu’il faut une conception de la société civile plus étendue afin de couvrir tous les aspects de la participation, incluant ceux représentés par les nouveaux mouvements sociaux, les occupants et cyber-activistes qui se sont retrouvés sur le devant de la scène en 2010 et 2011.
Sur la même lancée, l’Alliance Civicus a vu la nécessité de revoir la méthodologie de l’indice dans le sens de mieux adapter les mesures au contexte local, et saisir plus rapidement le changement de nature de la société civile. C’est ainsi que fut mis en place le nouvel outil d'évaluation rapide de la société civile, l’ISC-RA. Ce nouvel outil vise surtout les situations dans lesquelles il n’est ni possible, ni souhaitable de se servir de l’ISC complet, soit pour des raisons de ressources, de temps, de conflit ou de changements politiques majeurs, soit à cause d’un désir d’embrasser une perspective ciblée plutôt qu’une vue d’ensemble. Ainsi, la présente recherche et ce rapport doivent être vus comme des compléments du précédent rapport sur l’état de la société civile sénégalaise, réalisé en 2010 par le Forum Civil, en partenariat avec l’Alliance Civicus et le PNUD.
Le principal objectif est d’aider la société civile à s’auto-évaluer, afin de la renforcer et la stabiliser pour un changement social positif. Depuis les dernières élections présidentielles, la société civile sénégalaise s’est davantage affirmée comme un acteur incontournable de la dynamique démocratique. Elle s’est mieux structurée et a acquis une plus grande notoriété et une légitimité plus solide auprès des populations. Cela n’a cependant pas dissipé la confusion qui entoure cette notion puisque dans son élan de mobilisation de toutes les forces vives de la nation sénégalaise, la société civile s’était coalisée avec des partis politiques et des mouvements citoyens. Ce qui a contribué à alimenter le flou autour du contenu de la notion, de ses contours ainsi que de ses rapports avec la société politique (partis politiques, appareil étatique). Il en est de même de la nomination de certaines de ses figures du reste emblématique à des postes ministérielles ou au sein des institutions étatiques.
A l’heure actuelle, on ne peut ne pas relever la tendance fortement affichée par des groupes et mouvements se réclamant de la société civile à investir le champ politique. Un segment de la population considère que certains membres de la société civile ont vampirisé leurs idéaux, les ont utilisé comme marchepied pour se faire coopter par les pouvoirs publics. Selon certains analystes, les leaders de la société civile ont de plus en plus du mal à investir des créneaux purement citoyens et à prendre des distances vis-à-vis de la méthode politique. Ce faisant, ils quittent par la force des choses progressivement la posture d’intercesseur, de force sociale neutre servant d’arbitre en cas de blocage entre les protagonistes du jeu politique pour devenir de vrais acteurs politiques.
Le caractère élitiste dans la composition actuelle de la société civile ne favorise pas l’émergence d’un tel contre-pouvoir crédible. Ce sont ces postures ambiguës et changeantes de grandes figures de la société civile qui font le lit de la remise en cause de la légitimité de la société civile traditionnelle sénégalaise. En effet, il n’en manque pas qui « font une analyse critique de la légitimité et la pertinence de la société civile traditionnelle sénégalaise. Celle-ci aurait largement “copié les tares de l’Etat” en devenant des “courtiers du développement” déconnectés des citoyens et en reproduisant les modes de gouvernance peu transparents en vigueur au niveau public.
Face à une telle situation, il est plus qu’urgent de redéfinir la société civile en mettant les citoyens au cœur de l’action publique locale. La participation citoyenne à la gestion des affaires publiques locales à travers la mise en place des coalitions fortes au niveau local contribuerait fortement à conférer à la société civile une nouvelle identité qui répondrait plus aux exigences des populations.
 
Il est aussi nécessaire de préciser, au regard du traitement médiatique qui pourrait être fait des résultats de cette étude que son objet est d’évaluer les forces et faiblesses de  la société civile sans exclusives. Les défis qui s’adressent de la société civile sont de différents ordres, il serait inopportun de mettre le focus sur les questions d’intégrité et de transparence déjà prises en charge par le baromètre mondial de la corruption. Non dans l’intention de brider l’exploitation de ce travail, ceci est une invite à une utilisation complète de la manne d’information disponible sur cette étude.
Mardi 28 Janvier 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016