Une ado provoque un crash à 170 km/h pour un selfie : "La faute à Snapchat"

La victime de l'accident, aujourd'hui en fauteuil roulant, a décidé d'attaquer la jeune femme ainsi que Snapchat en justice. Selon lui, l'application mobile inciterait ses utilisateurs à rouler à vive allure à cause d'un filtre de vitesse.


En septembre 2015, Christal McGee, une jeune Américaine de 18 ans de Hampton en Géorgie, rentre du boulot au volant de la Mercedes de son père. 



Accro à Snapchat
Comme beaucoup de jeunes de son âge, l'adolescente est accro au réseau social Snapchat. Une application qui, rappelons le, permet d'envoyer des photos éphémères (en théorie) à ses amis et followers. Au fil des années, Snapchat a ajouté de nombreux filtres permettant aux utilisateurs de personnaliser leurs snaps (photos). Parmi eux, un filtre de vitesse permet d'ajouter la vitesse à laquelle vous vous déplacez à la photographie.

Un selfie à 170 km/h
Afin d'impressionner son réseau, Christal McGee se prend en selfie en roulant à une vitesse de 170 km/h sur une route dont la limite est fixée à 90 km/h. Absorbée par son cliché, la jeune femme ne réalise pas qu'une voiture arrive en sens inverse. Le crash, inéluctable, est d'une extrême violence.

La victime dans un fauteuil roulant
Par miracle, personne n'est décédé dans l'accident mais la victime, Wentworth Maynard, a subi de multiples lésions cérébrales et se retrouve à présent dans un fauteuil roulant. Christal McGee s'en sort elle avec de légères blessures. A l'arrière de l'ambulance, l'adolescente poste même un nouveau selfie sur le réseau social, ajoutant qu'elle était "chanceuse d'être encore en vie."

"Rien n'est plus pareil"
C'est également le cas de Wentworth Maynard même si comme l'explique sa femme, rien n'est plus pareil depuis ce tragique accident.

"Wentworth se levait tout seul, préparait son petit-déjeuner, allait au travail et faisait à manger le soir", explique Mme Maynard. "Fatigué, il passe ses journées à dormir dans son fauteuil roulant. Nous avions l'habitude de nous installer devant la télévision le soir en s'enlaçant. Rien de tout ça n'est plus possible aujourd'hui", déplore l'épouse de Wentworth.

© Snapchat.
L'ado et Snapchat attaqués en justice
Le couple Maynard a décidé de poursuivre l'inconsciente adolescente en justice, mais également Snapchat qu'il considère comme étant également responsable de l'accident, a fait savoir leur avocat. Selon les Waynard, l'application incite ses utilisateurs à rouler à vive allure pour s'afficher ensuite sur le réseau social.

"Ne snappez pas au volant", se défend Snapchat
Un porte-parole de Snapchat a répondu en précisant "qu'aucun snap n'était plus important que la sécurité de tout un chacun." L'entreprise de rappeler également qu'un message s'affiche sur l'écran de l'utilisateur lorsque celui-ci essaye d'utiliser le filtre en question. 

"Ne snappez pas au volant!", est-il conseillé.

Samedi 30 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :