Une Tanière fossoyeuse d’entraîneurs


Une Tanière fossoyeuse d’entraîneurs
A l’exception du passage de feu Bruno Metsu qui a profité de la sélection nationale pour donner un nouvel élan à sa carrière de technicien, la plupart de ses successeurs ont perdu leur science au contact d’une Tanière qui, malgré son potentiel vanté par tous, demeure une véritable énigme, difficile à apprivoiser.

Le premier en à faire les frais, est Guy Stephan connu pour être un technicien de très haut niveau. Membre de la Direction technique nationale française, il n’a pas permis aux Lions de se maintenir au niveau qui était le leur au départ de Metsu.

Quart de finalistes de la Coupe du monde et finaliste de la CAN 2002, les Lions ont piqué du nez et le Breton a été finalement poussé à la sortie, après avoir compromis leurs chances de qualification à la coupe du monde 2006.

Exit Guy Stephan, retour aux techniciens locaux avec Abdoulaye Sar qui a réussi à amener l’équipe nationale dans le carré d’as de la CAN 2006.

Après cet épisode éphémère, l’équipe nationale, malgré la succession des techniciens, n’a jamais réussi à atteindre son niveau du début des années 2000.

Henri Kasperczak est venu avec une solide réputation après des passages respectables en Côte d’Ivoire (demi-finaliste en 1994), en Tunisie (finaliste en 1996) et demi-finaliste avec le Mali en 2002.

Au Sénégal, s’il a réussi à qualifier les Lions à la CAN 2008, il a démissionné après les deux premiers matchs laissant l’équipe entre les mains de son adjoint Lamine Ndiaye.

Ce dernier aussi qui s’est fait un nom au Coton Sports de Garoua (Cameroun) est passé complètement à côté lors des éliminatoires de la CAN et du Mondial 2010 après des débuts réussis dans ces qualifications.

Amara Traoré qui a repris les rênes après l’intérim d’Amsatou Fall, Directeur technique national, réussit des éliminatoires parfaites mais pendant la CAN 2012, il est passé complètement à côté de son sujet, en perdant ses trois matchs de poule.

L’intérim de Joseph Koto, après le désistement de Pierre Lechantre, n’a pas apporté de solutions encore moins la nomination d’Alain Giresse qui va quitter son poste après une élimination au premier tour de la CAN 2015.

Giresse qui a réussi passer le premier tour de la CAN 2010 avec le Gabon, avait aussi permis au Mali de se qualifier en demi-finale en 2012.

Au Sénégal, malgré des éliminatoires maîtrisées (une seule défaite), une très bonne préparation et une entame parfaite contre le Ghana (2-1), il s’est emmêlé les pinceaux contre l’Afrique du Sud (1-1).

Un résultat nul au contenu déstabilisateur pour son groupe de performance qui a perdu pied mardi contre l’Algérie (0-2) alors qu’il cherchait juste un point pour la qualification directe dans le Top 8 africain.
Mercredi 28 Janvier 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :