Un éminent cadre de l’APR plaide pour Aidara Sylla du PDS: L’Etat cherche-t-il une porte de sortie sur la traque des biens supposés mal acquis ?


Un éminent cadre de l’APR plaide pour Aidara Sylla du PDS: L’Etat cherche-t-il une porte de sortie sur la traque des biens supposés mal acquis ?
DAKARACTU.COM Une question mérite d’être posée : L’Etat cherche-t-il une porte de sortie sur la traque des biens supposés mal acquis ?
Car, suite à Maodo Malick Mbaye, énarque proche de l’actuel locataire du Palais, qui a soutenu à gorges déployées, à travers une sortie médiatique que « l’overdose autour des biens mal acquis a crispé l’atmosphère social », c’est au tour d’un autre proche de la sphère étatique de prendre fait et cause pour un ponte du Pds encore embastillé. En effet, un éminent membre de l’APR, en l’occurrence Lamine Niang a joint Dakaractu aux fins dit-il, de mettre les points sur les i.

A ses yeux,  « l’engouement de la nouvelle gouvernance surtout sobre et vertueuse qui a gagné les Sénégalais aux lendemains de la 2e alternance qui a porté le Président Sall au pouvoir, prend de nouvelles tournures. Des tournures qui  nous poussent tous, du moins beaucoup d’entre-nous épris de justice, de quelque bord que l’on soit, à nous soucier de notre commun pour un meilleur vivre des Sénégalais dans un climat social apaisé ».

Et ce responsable du Cadre Unitaire de renchérir : « Certes la reddition des comptes fait grandement partie de la tant réclamée demande sociale, parmi tant d’autres urgences. Tout le monde est d’accord avec le principe, aussi bien les opposants (ancien régime surtout libéral) que les nouveaux dirigeants à savoir récupérer les biens publics de la République supposés être entre les mains de certains, un groupuscule de gens au détriment de toute une nation. Cet élan de justice sociale et de gouvernance vertueuse ont vu la réactivation de certains leviers de bonne gouvernance tels la CREI.(…)
Il est capital de réinstaurer la gouvernance sobre, une nouvelle mentalité comportementale des politiques qui souvent sont aux postes de commandes surtout après avoir accompagné et combattu aux cotés d’un homme qui un jour est élu à la magistrature suprême, face à leurs
nouvelles responsabilités (L’arrogance) ».

Invité à pousser plus loin sa pensée, Niang est d’avis « qu’il est aussi fondamental de mettre les formes quant à l’application de ces instruments judiciaires qui, force est de le reconnaitre, nous mènent sur un terrain très glissant. Qui parle de justice parle de lois, et leçon bien retenue nous enseigne que la loi est au dessus de tous. Des inculpations de délits d’enrichissement illicite, de détournements de deniers publics, de malversation financière, de détention de biens appartenant a l’Etat, d’association de malfaiteurs au sommet de l’Etat .Toutes les personnes inculpées et qui sont sous le coup d’un mandat de dépôt ont été dans des postes de commandes, donc, administrateurs de crédit, ou ont eu des responsabilités importantes dans un défunt régime libéral ».

Pour Lamine Niang, « dans la foulée, des gens qui ont été au cœur de ce système, à des postes très importants, qui avaient toute la plénitude et prérogative de l’exercice de leurs fonctions de Ministre ou de Directeur Général se voient carrément évités par cette justice .Ou en tout cas, tout le monde s’attendait logiquement à leurs inculpations compte tenu de leurs statuts et que au finish , depuis plus de quinze mois , on voit leurs subordonnés arrêtés et qu’eux vaquent tranquillement à leurs occupations sous la présumée légitimité qu’ils détiendraient des révélations susceptibles de secouer l’Etat à son plus haut sommet. Mais dans ce lot, il y figure un  homme, opérateur économique de son état, qui s’est toujours battu et s’est vraiment fait seul à travers le Sénégal depuis plus de 40 années.
Responsable politique sous le régime socialiste où il fut député, député encore sous le régime libéral car ayant été courtisé pendant 4 années après la chute du régime socialiste, proche collaborateur du Président Wade dans les prairies libérales, membres du pôle économique
privé sénégalais etc.
Si nous revenons sur les prairies libérales où il a cheminé avec un certain Macky Sall avec il a eu de bons rapports très désintéressés, l’homme en question n’est pas un politicien.
D’ailleurs aux premières heures de cette chantée dévolution monarchique du pouvoir et qui, après la liquidation politique de Idrissa Seck alors Premier Ministre, sacrifierait Macky Sall qui fut alors Président de l’Assemblée nationale, en ces moments troubles ou tout le monde chantait même à contrecœur Wade père et Wade fils, il fut l’une des rares personnes éprises de vérité à avoir osé affronter Abdoulaye Wade, pour lui dire qu’il commettait une grave erreur en excluant Macky Sall de son parti…
Bref, l’homme en question n’est autre que Monsieur AIDARA SYLLA.
 
Que lui reproche-t-ton réellement ? De quel délit est-il puni depuis plus d’un an ? (30 déc. 2012) » se demande-t-il.
Jeudi 9 Janvier 2014
Dakaractu




1.Posté par nd le 09/01/2014 14:52
Rien
Nous lui souhaitons la liberte
La justice divine est plus importante
Nous l attendons
Lbinjustice d ici bas n est que temporaire
Je suis d avis qu il a le niveau de subir ttes sortes d injustices d ou qu il viennent
C est un croyant
Que CHEIKH AHMADOU VIEILLE SUR LUI

2.Posté par Ibra deguene keung le 09/01/2014 15:34
En tt cas Aidara n'a rien fait et puis cette traque a des relents de chasse aux sorcières

3.Posté par Almamy le 09/01/2014 16:57
Je rêve ou quoi ?
Depuis quand Malick Mbaye est énarque ?
Ce lobbyeur a juste un certif de l'ISSIC

4.Posté par Astou le 09/01/2014 18:06
On oublie les privee qui n ont jamais travailler avec l etats et qui sont arrter aussi par la crei sans aucun justificatif sauf de mensonges fabriquer



Dans la même rubrique :